sept. 09, 2019
Par Nadine Rae Henriquez, inf. aut., B. Sc. inf., M. Sc. inf.

Ce que nous devons savoir sur les personnes âgées LGBT : Éducation et sensibilisation

Unsplash.com/Steve Johnson

Messages à retenir :

  • La discrimination a été le lot de beaucoup de personnes âgées LGBT tout au long de leur vie, y compris dans le système de santé. Cette expérience a nui à leur santé dans son ensemble et a fait naître inquiétude et méfiance envers les soins et services de santé.
  • Le genre et la sexualité ne sont que deux aspects de l’identité d’une personne. Il est important de tenir compte des besoins particuliers de chacune, de ce qu’elle a vécu et de ce qui l’a influencée.
  • Pour être plus sensible aux besoins des personnes âgées LGBT et faciliter leur accès aux services, le personnel infirmier doit mieux comprendre les difficultés qu’a dû surmonter cette population, éviter de formuler des hypothèses fondées sur des étiquettes et des stéréotypes et mieux maîtriser la terminologie utilisée pour décrire les personnes LGBT.

Un nombre considérable de personnes âgées lesbiennes, gaies, bisexuelles et transgenre (LGBT) se sont heurtées tout au long de leur vie aux préjugés, à la stigmatisation sociale et à la discrimination dans le système de soins de santé (LGBT MAP et SAGE, 2010). Cette expérience les a rendues méfiantes envers les professionnels de la santé et notre système de santé; elles ont peur, et évitent de recourir à ses services (Institute of Medicine, 2011). Pour répondre aux besoins de cette communauté, les fournisseurs de soins doivent mieux comprendre l’incidence de cette expérience sur la santé et le bien-être de nombreuses personnes âgées LGBT et reconnaître les obstacles qu’elles rencontrent lorsqu’elles accèdent aux soins et aux services.

Répondre aux besoins de la population vieillissante du Canada comporte son lot de difficultés pour les infirmières et infirmiers d’aujourd’hui. Les difficultés sont encore plus nombreuses quand on tient compte des différences générationnelles, culturelles et individuelles au sein de ce groupe d’âge et de leur complexité. Les personnes âgées LGBT sont un sous-groupe quelque peu négligé et incompris. Si les problèmes associés au vieillissement sont les mêmes pour toutes les personnes âgées, celles qui sont LGBT rencontrent des difficultés particulières dont beaucoup de gens ne sont pas conscients. Ces dernières décennies, le Canada a fait de grands progrès pour la protection des droits et libertés de cette communauté et la reconnaissance de la pluralité des genres et de la diversité sexuelle (Gouvernement du Canada, 2018). Néanmoins, de nombreuses personnes âgées LGBT ont surtout vécu pendant des périodes où elles étaient victimes d’une discrimination affichée, traitées de façon hostile, voire violente, et déclarées criminelles ou atteintes de maladies mentales (Brotman, Ryan et Cormier, 2003; Fredriksen-Goldsen, Kim, Barkan, Muraco et Hoy-Ellis, 2013).

En plus des problèmes rencontrés par toutes les personnes âgées, certains obstacles spécifiques à la communauté LGBT peuvent éroder la qualité de vie de ses membres lorsqu’ils vieillissent. Les effets globalement néfastes des préjugés et de la stigmatisation sociale tout au long de leur vie entraînent pour les personnes âgées LGBT un risque accru de maladies physiques et mentales (dépression et anxiété, entre autres), de maladies chroniques, d’isolement social, de pauvreté, de malnutrition et de mortalité prématurée.

Par ailleurs, la discrimination était répandue au sein du système de santé et continue de se produire, tant de la part de fournisseurs de soins que d’autres patients. Cette discrimination a engendré des peurs et de la méfiance chez certaines personnes âgées LGBT et les a menées à éviter d’accéder aux soins et services ou à les retarder (Fredriksen-Goldsen et coll., 2013; Institute of Medicine, 2011; Mayer et coll., 2008; Shipherd, Green et Abramovitz, 2010). Les recherches ont montré que les personnes âgées LGBT accèdent moins à certains services, comme la livraison de repas, et aux centres pour personnes âgées (Fredriksen-Goldsen et coll., 2011). De plus, les services qui, comme les soins à domicile, nécessitent l’entrée chez elles de multiples inconnus peuvent être particulièrement stressants pour elles (Raidix et Maingi, 2018). À une période de la vie où les besoins en matière de soins de santé augmentent en fréquence et en intensité, c’est préoccupant.

Beaucoup de personnes âgées LGBT se disent aussi inquiètes à l’idée d’aller vivre en établissement de soins de longue durée, car elles craignent que leur identité sexuelle soit mal acceptée et redoutent la discrimination et l’isolement social (Brotman et coll., 2003; Purdon et Palleja, 2018). De plus, il est plus fréquent que ces personnes soient célibataires, sans enfant et en rupture avec leur famille d’origine, ce qui limite leurs soutiens pour continuer à vivre à domicile (LGBT MAP et SAGE, 2010).

La question qui se pose est comment améliorer notre sensibilité, l’inclusivité des services et l’accès aux soins de santé pour ces personnes âgées à risque. La première étape, importante, est de prendre conscience qu’au cours de leur vie, la discrimination, les difficultés et divers obstacles aux soins ont été leur lot.

Il existe de nombreuses sources en ligne pour s’informer sur leur histoire, la discrimination, les obstacles qui compliquent leur accès aux services et les stratégies pratiques pour des soins inclusifs. Le National Resource Centre for LGBT Aging propose de nombreuses recherches, des conseils pratiques et des guides pour les familles et les fournisseurs de soins et services, ainsi que des ressources et des ambassadeurs communautaires qui font bénévolement de la sensibilisation. Lavender Health offre de l’information sur la santé des personnes LGBTQ+ et des ressources pour les professionnels, les responsables des politiques et les consommateurs des soins de santé. Autre organisme voué aux personnes âgées, le Senior Pride Network regroupe des représentants des fournisseurs de soins et propose de l’éducation, des ressources et des activités de défense des droits pour les personnes âgées LGBT. Le réseau fournit des liens vers d’autres organismes et services communautaires pour la communauté LGBT. Rainbow Resource Centre offre également du soutien pour la communauté LGBT2SQ+ sous forme de counseling, d’éducation et de programmes pour tous les âges ainsi que des liens vers des ressources alliées, entre autres pour l’éducation. (Note de la rédaction : Voir Ressources additionnelles ci-dessous pour les URL de ces sites ainsi que d’autres ressources.)

Éliminer les étiquettes et les stéréotypes

L’étape suivante consiste à s’attaquer aux idées fausses et aux présomptions que nous avons parfois au sujet des personnes LGBT en général, idées souvent basées sur des étiquettes ou des stéréotypes. On aurait tort de penser que toutes les personnes âgées se ressembleront et se comporteront de la même manière. Penser ainsi serait aussi néfaste. Chacune de ces personnes a des besoins et un vécu qui lui sont propres. Le genre et la sexualité ne sont que deux aspects de son identité – elle a tout un vécu dont nous devons tenir compte. Nous devons également être au courant de la terminologie employée pour décrire les personnes LGBT, sachant que cette terminologie continue d’évoluer et que selon l’âge, l’expérience et la culture de la personne, elle pourra avoir des sens différents. En demandant à tous les patients quels pronoms ils préfèrent utiliser et comment ils préfèrent que l’on s’adresse à eux, ou en ne cochant aucune des cases correspondant au genre dans les formulaires, nous pouvons éviter que des personnes se sentent exclues, traitées différemment ou inquiètes à l’idée de devoir donner des réponses.

Les personnes âgées seront parfois moins disposées à se déclarer LGBT étant donné la discrimination dont elles ont pu faire l’objet dans leurs contacts avec le système de santé. Il des donc important d’expliquer pourquoi nous avons besoin de cette information. En leur assurant que leur vie privée sera protégée et en ne forçant personne à répondre si cela les met mal à l’aise, on peut créer un climat de sécurité et de confiance pour les personnes âgées LGBT. La façon dont nous posons des questions sur la situation familiale traduit notre acceptation de la diversité familiale. On peut par exemple demander aux patients qui ils considèrent comme des membres de leur famille ou s’ils ont un ou une partenaire ou un être cher, au lieu de les interroger sur leur mari ou leur femme. Les fournisseurs de soins peuvent revoir leurs formulaires d’accueil, les formulaires pour la personne à contacter en cas d’urgence et autres documents personnels pour que la terminologie y soit inclusive de la communauté LGBT dans toute sa diversité. Les personnes qui ont été marginalisées ont aussi tendance à vérifier s’ils sont en terrain inclusif et sûr en cernant les gens dans la pièce ou en cherchant des indices à cet égard. Inclure des illustrations ou des affiches qui illustrent la diversité (avec des personnes âgées de races diverses ou des couples homosexuels, par exemple), des drapeaux arc-en-ciel ou trans ou des annonces pour des événements communautaires LGBT peut aider à faire passer le message que le lieu est inclusif, ouvert à la diversité et sûr (LGBT MAP et SAGE, 2017).

Améliorer notre connaissance du vécu et des risques encourus par les personnes âgées LGBT en matière de santé est un grand pas en avant pour répondre à leurs besoins et leur fournir des soins réellement centrés sur la personne. Comme infirmières et infirmiers, nous pouvons jouer un rôle capital dans la prestation de soins sûrs et respectueux qui protègent la dignité des personnes âgées LGBT.

Références

Brotman, S., Ryan, B. et R. Cormier. The health and social service needs of gay and lesbian elders and their families in Canada, The Gerontologist, 43(2), 2003, p. 192-202. doi:10.1093/geront/43.2.192

Fredriksen-Goldsen, K. I., Kim, H. J., Barkan, S. E., Muraco, A. et C. P. Hoy-Ellis. Health disparities among lesbian, gay, and bisexual older adults: Results from a population-based study, American Journal of Public Health, 103(10), 2013, p. 1802-1809. doi:10.2105/AJPH.2012.301110

Fredriksen-Goldsen, K. I., Kim, H. J., Emlet, C. A., Muraco, A., Erosheva, E. A., Hoy-Ellis, C. P. ... et H. Petry. The aging and health report: Disparities and resilience among lesbian, gay, bisexual, and transgender older adults, Seattle (WA), Institute for Multigenerational Health, 2011.

Gouvernement du Canada. Droit des personnes LGBTI, 2018.

Institute of Medicine (IOM). The health of lesbian, gay, bisexual, and transgender people: Building a foundation for better understanding, Washington, D.C., National Academies Press, 2011.

LGBT Movement Advancement Project (MAP) et Services & Advocacy for Gay, Lesbian, Bisexual &Transgender Elders (SAGE). Age-friendly inclusive services. A practical guide to creating welcoming LGBT organizations. National Resource Centre on LGBT Aging, 2017.

LGBT Movement Advancement Project (MAP) et Services, Advocacy for Gay, Lesbian, Bisexual & Transgender Elders (SAGE). Improving the lives of LGBT older adults, 2010.

Mayer, K. H., Bradford, J. B., Makadon, H. J., Stall, R., Goldhammer, H. et S. Landers. Sexual and gender minority health: What we know and what needs to be done, American Journal of Public Health, 98(6), 2008, p. 989-995.

Purdon, N. et L. Palleja. “We’re going back into the closet”: LGBTQ seniors wary of being “out” in long-term care facilities, Canadian Broadcasting Corporation, 28 juin 2018.

Radix, A. et S. Maingi. LGBT Cultural competence and interventions to help oncology nurses and other health care providers, Seminars in Oncology Nursing, 34(1), 2018, p. 80-89.

Shipherd, J. C., Green, K. E. et S. Abramovitz. Transgender clients: Identifying and minimizing barriers to mental health treatment, Journal of Gay & Lesbian Mental Health, 14(2), 2010, p. 94-108.

Ressources additionnelles

Lavender Health

National Resource Centre for LGBT Aging

Rainbow Resource Centre

Senior Pride Network

Nadine Rae Henriquez, inf. aut., B. Sc. inf., M. Sc. inf. est professeur adjoint à l’Université de Brandon au Manitoba. Elle travaille avec le SAGE National Resource Centre comme ambassadrice-éducatrice bénévole en matière de vieillissement LGBT.
comments powered by Disqus
http://infirmiere-canadienne.com/fr/articles/issues/2019/septembre-2019/ce-que-nous-devons-savoir-sur-les-personnes-agees-lgbt-education-et-sensibilisation