Esprit d’équipe

Janvier 2016   Commentaires

Christopher Wood est convaincu que l’avenir de notre système de santé passe par les soins en équipe

Teckles Photography Inc.L’occasion d’une vie : Christopher Wood a été directeur des programmes de santé pour « The Alex ».

En 2013, Christopher Wood faisait partie d’un groupe consultatif d’experts qui se penchait sur les soins de santé primaires en Alberta. Le groupe réunissait des administrateurs, des professionnels des soins de santé et des responsables des politiques.

Comme d’autres, M. Wood prônait des solutions de rechange aux modèles traditionnels d’attachement des patients sur lesquels reposent les soins primaires. La question faisait débat.

Chaque fois qu’il le pouvait, il ramenait la discussion aux besoins du patient, un engagement qui l’a guidé tout au long de sa carrière.
« Je savais d’expérience que lorsque le patient est au centre de la conversation, les gens arrivent à comprendre l’intérêt de disposer d’un éventail de professionnels qui contribuent à ses soins. »

Devenu directeur des programmes de santé au Alexandra Community Health Centre, dans le centre-ville de Calgary, M. Wood a instauré cette façon de penser. « The Alex » offre un ensemble de soins primaires ainsi qu’un soutien dans la lignée de Logement d’abord aux habitants les plus vulnérables de la ville.

Après avoir obtenu son baccalauréat en sciences infirmières à l’Université de la Colombie-Britannique, M. Wood pensait travailler aux soins intensifs du Foothills Medical Centre à Calgary, où il avait fait un certificat en soins intensifs pour adultes. À l’époque, faute d’emploi en Alberta, il a travaillé pour Santé Canada dans des communautés isolées du Nord du Manitoba. Avec un parrainage du gouvernement, il a obtenu un diplôme de l’Université Dalhousie en soins infirmiers en régions éloignées tout en faisant un stage dans le Nord de l’Ontario, puis il a travaillé dans le Nord de la C.-B. et dans les Territoires du Nord-Ouest.

M. Wood est revenu à Calgary pour occuper un poste d’IP, une première en Alberta, et travailler avec des clients aux prises avec l’itinérance et la pauvreté. Puis, après des passages par la Californie et Vancouver, il est revenu à Calgary en 2006 pour gérer les soins primaires pour Alberta Health Services, alors que la province mettait en place des réseaux de soins primaires (RSP). L’un des objectifs était de faciliter une utilisation plus large des équipes multidisciplinaires, et M. Wood parle avec fierté de sa participation à la création de sept RSP dans la région de Calgary.

Pendant la même période, il a fait une maîtrise en administration de la santé afin d’exercer un leadership plus vaste. « Quand je travaillais aux RSP, puis avec les gens du ministère en 2013, je pouvais puiser dans ma formation en économie de la santé et parler avec assurance de sujets comme la demande due au fournisseur, dans une langue que comprennent les administrateurs. » Une fois les RSP fonctionnels, la tâche de M. Wood était finie. C’est alors que s’est présentée l’occasion d’une vie, raconte-t-il.

À son arrivée au Alex en 2012, on lui a confié la tâche de créer une structure de leadership clinique. Rapidement, il a assemblé des équipes interprofessionnelles dans quatre domaines de soins, leur a affecté des coordinateurs et des gestionnaires cliniques et a mis en place un modèle d’équipes de soins en collaboration.

« Le modèle combine des formules que j’ai vu utiliser au cours de ma carrière et qui reposent sur le rattachement du patient à une équipe. Rien de sorcier à cela, c’est un modèle qui a fait ses preuves et qui est utilisée dans de nombreux centres de soins communautaires. »

Au centre, il y a le patient ou la famille, rattachés à une infirmière praticienne ou à un médecin de famille qui fait office de fournisseur de soins principal. La responsabilité des soins du patient est partagée avec les autres membres de l’équipe de base : un travailleur social, une infirmière autorisée, une infirmière praticienne autorisée et un secrétaire médical. Ce groupe est appuyé par une équipe renforcée de fournisseurs de soins : massothérapie, physiothérapie, chiropractie, acuponcture, soins dentaires et autres.

M. Wood a poussé plus loin le modèle. « Nous savions que nous devions aussi collaborer avec d’autres professionnels qui ne sont habituellement pas considérés comme des fournisseurs de soins de santé. Nous avons par exemple créé un partenariat avec des écoles parallèles pour faire venir des éducateurs qui aideraient les jeunes de la rue à finir leurs études. Nous avons également collaboré avec le service des loisirs, dont les instructeurs fourniraient des séances d’exercice physique sur place. Les participants ont ensuite été transférés dans des programmes de loisirs de la ville avec des tarifs considérablement réduits. »

Il évoque le centre de santé pour personnes âgées du Alex, au rez-de-chaussée d’un complexe de logements abordables pour personnes âgées, un autre exemple où les bons soins sont offerts au bon endroit et au bon moment. « Nos clients descendent, en pantoufles et pyjama s’ils le souhaitent, pour aller recevoir les soins dont ils ont besoin. »

« Pendant les inondations de 2013, nous savions parfaitement combien ces personnes âgées étaient vulnérables, ajoute M. Wood. Nous courions dans les escaliers en bottes de caoutchouc, montant et descendant pour préparer l’évacuation des résidents. Nous avons ensuite utilisé nos autobus, munis de salles d’examen et d’une zone de réception, pour aller aux centres d’évacuation, en maintenant la relation thérapeutique que nos clients avaient déjà avec nous. »

La communauté, c’est l’alpha et l’oméga, affirme ce Calgarien fier de l’être. Avec sa femme Karen, infirmière elle aussi, il consacre ses loisirs à des activités de plein air dans la région. Le couple a fait découvrir la randonnée, le vélo, le ski et le camping à ses trois enfants dès leur plus jeune âge.

M. Wood avait déjà reçu un financement du ministère pour appliquer le modèle de soins du Alex dans d’autres communautés à Calgary, mais les priorités ont changé à la suite des élections provinciales de mai dernier. Pour préserver la structure de leadership qu’il avait bâtie au Alex, il a décidé de partir relever d’autres défis.

Aujourd’hui, M. Wood est de retour à Alberta Health Services, où il est directeur provincial des services pour la tuberculose, des fonctions tout aussi exigeantes que les précédentes dans sa carrière. On rencontre de plus en plus la tuberculose parmi les nouveaux arrivants, souligne-t-il. Son travail, axé encore sur les populations vulnérables, continue de le passionner et de l’inspirer.


10 questions à Christopher Wood

Quel mot vous décrit le mieux?
Motivé

Si vous pouviez changer une seule chose vous concernant, qu’est-ce que ce serait?
Je serais moins motivé.

De tout ce que vous avez accompli, de quoi êtes-vous le plus fier?D’avoir élevé trois enfants formidables

Quelle est la chose que les gens seraient surpris d’apprendre à votre sujet?
J’étais dans un spectacle à Las Vegas avant de me lancer dans les soins infirmiers (longue histoire).

Où avez-vous passé vos dernières vacances?
À Kauai, où ma femme et moi sommes allés pour notre lune de miel il y a 25 ans

Quel est l’endroit du monde que vous aimeriez le plus visiter?
Le Costa Rica

Quel est votre plus grand regret?
D’avoir beaucoup déménagé

Quel est le dernier livre captivant que vous avez lu?
Spark: The Revolutionary New Science of Exercise and the Brain de John Ratey

Quel est le meilleur conseil de carrière qu’on vous ait donné?
Certaines personnes sont des chevaux de trait, d’autres des chevaux de course; aide-les à faire ce qu’ils sont conçus pour faire.

Si vous aviez le pouvoir de changer un aspect du système de santé, quel serait-il?
Tous les Canadiens devraient avoir accès à un centre de santé communautaire qui adhère pleinement aux principes des soins de santé primaires.

Leah Geller

Leah Geller est journaliste indépendante (santé et sciences) à Ottawa.

comments powered by Disqus