Brièvement

novembre - decembre 2017   Commentaires

Accélérer la conception des médicaments grâce aux levures

Même avec la technologie moderne, les scientifiques tâtonnent encore beaucoup dans leurs recherches de nouveaux médicaments. Ils consultent des collections de milliers de composés chimiques qui, pour la plupart, n’agiront pas sur les maladies étudiées. Une nouvelle méthode conçue par des chercheurs de l’Université de Toronto avec des collaborateurs étrangers pourrait accélérer le processus d’identification de composés qui auront l’effet souhaité dans l’organisme.

Pour une étude publiée dans Nature Chemical Biology, l’équipe de recherche a étudié l’effet de près de 14 000 composés sur des processus cellulaires de base pour orienter les fabricants de médicaments vers les plus susceptibles d’être utiles pour traiter certaines maladies. Ils ont choisi d’étudier des cellules de levure, car ce sont les seuls organismes vivants dont les scientifiques comprennent bien les processus cellulaires de base, comme la production d’énergie et la réplication et la réparation de l’ADN. L’équipe a identifié quelque 1 000 composés chimiques, parmi lesquels de nombreux produits naturels dérivés de micro-organismes présents dans la terre, qui pourraient soigner divers problèmes de santé comme les infections, la maladie d’Alzheimer et le cancer. Les composés naturels s’étant formés pour agir sur des organismes vivants, leur inclusion dans de futurs médicaments est plus prometteuse que celle de composés synthétiques qui, souvent, ne pénètrent même pas dans les cellules.


Quel âge peuvent atteindre les humains?

Emma Morano est morte en avril dernier. L’Italienne de 117 ans était considérée comme la doyenne mondiale. Les supercentenaires comme elle et Jeanne Calment, une Française qui a vécu jusqu’à l’âge de 122 ans, fascinent les scientifiques et les ont amenés à se demander quel âge peuvent atteindre les humains.

Selon une étude de 2016, il y a une limite biologique à la longévité humaine, et elle se situerait autour de 115 ans. Mais deux biologistes de l’Université McGill sont parvenus à une conclusion très différente. Dans une étude publiée dans Nature, ils analysent la longévité des personnes qui ont vécu le plus longtemps aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France et au Japon chaque année depuis 1968. Ils n’ont trouvé aucune preuve d’un âge limite. Ils disent pouvoir démontrer, en prolongeant les tendances, que les longévités maximums et moyennes pourraient continuer d’augmenter pendant encore longtemps.

On sait que la longévité moyenne a augmenté ces dernières décennies. Au Canada, par exemple, l’espérance de vie était de 60 ans en 1920, et de 76 ans en 1980; aujourd’hui, elle atteint 82 ans. L’espérance de vie maximale semble évoluer de manière semblable.


Accroître la force et la masse musculaire des personnes âgées

Les suppléments protéiques à base de petit-lait ne sont pas que pour les passionnés de conditionnement physique, montre une nouvelle étude publiée dans PLOS ONE. Il a été prouvé que la consommation régulière d’une boisson contenant entre autres des protéines de lactosérum, de la créatine, de la vitamine D, du calcium et de l’huile de poisson augmente la force physique des personnes âgées.

Une équipe dirigée par des chercheurs de l’Université McMaster a recruté deux groupes d’hommes de 70 ans et plus pour l’étude. Un groupe a pris un supplément nutritionnel multi-ingrédients pendant six semaines, alors que l’autre recevait un placebo. Les participants ont ensuite continué à prendre le supplément (ou le placebo) en suivant un programme d’exercice progressif sur 12 semaines. L’objectif était de déterminer si la consommation quotidienne du supplément augmentait la force et la masse maigre. Pendant les six premières semaines, seuls ceux qui avaient pris le supplément ont gagné de la force et de la masse maigre. Le programme d’exercice a été bénéfique pour les deux groupes, mais les participants qui prenaient le supplément ont vu leur force augmenter davantage. Les chercheurs comptent poursuivre leurs recherches avec des femmes âgées et d’autres groupes qui pourraient profiter de ce supplément.


La classe sociale se lit clairement sur le visage

Les premières impressions prennent une nouvelle dimension : des chercheurs de l’Université de Toronto ont découvert que les gens arrivent à savoir si une personne est riche ou pauvre rien qu’en regardant son visage. À partir de ces impressions, ils forment des préjugés, voyant dans les visages de « riches » des personnes à embaucher, au détriment de celles au visage de « pauvre ».

Les chercheurs ont regroupé des étudiants bénévoles selon le revenu total de leur famille – moins de 60 000 $ et 100 000 $ ou plus –, et les ont fait poser pour des photos. Ils ont ensuite demandé à un autre groupe de regarder les photos et, en se fiant exclusivement à leur intuition, de décider si les gens photographiés étaient riches ou pauvres. Ils ont fait le bon choix avec une fréquence dépassant le hasard. Comme ils l’indiquent dans le Journal of Personality and Social Psychology, les chercheurs ont constaté que la classe sociale d’une personne n’était lisible sur son visage que lorsque celui-ci était neutre et sans expression. Ils en ont conclu que les émotions masquent les expressions devenues habituelles, imprimées sur le visage dès la fin de l’adolescence ou le début de l’âge adulte, comme le bonheur fréquent, associé dans les stéréotypes à la richesse et à la satisfaction.


Une protéine pour traiter l’insuffisance cardiaque?

Des chercheurs d’Ottawa ont découvert que la protéine cardiotrophine 1 (CT1) peut tromper le cœur pour qu’il se développe sainement et pompe plus de sang, comme il le fait en réponse à l’exercice et à la grossesse. Ce type de croissance cardiaque est très différent de l’augmentation de volume du cœur en cas d’insuffisance cardiaque. La CT1 peut aussi réparer les lésions cardiaques sur des modèles animaux d’insuffisance cardiaque.

Les chercheurs ont fait diverses études sur des souris, des rats et des cellules cultivées en laboratoire, et publié les résultats dans Cell Research. Ils sont particulièrement enthousiastes au sujet de la CT1, car elle semble prometteuse pour le traitement des insuffisances cardiaques gauche et droite. Actuellement, le seul traitement disponible pour une insuffisance cardiaque droite est la greffe. Et, pour l’insuffisance cardiaque gauche, des médicaments peuvent atténuer les symptômes, mais pas résoudre le problème; avec le temps, une insuffisance cardiaque gauche entraîne souvent une insuffisance cardiaque droite. Les chercheurs soulignent en outre que si l’activité physique peut en théorie avoir les mêmes bienfaits que la CT1, la capacité des personnes souffrant d’insuffisance cardiaque de faire de l’exercice est souvent restreinte. Les chercheurs espèrent forger des partenariats pour tester leur thérapie expérimentale sur des humains.

comments powered by Disqus