sept. 02, 2014
Par Kiran Malli

Les interprètes et la fidélité à votre message

Q : Je viens de commencer à travailler dans un service d’urgence où certains patients ont une connaissance limitée de l’anglais. Que faut-il savoir avant de travailler avec un interprète pour surmonter l’obstacle de la langue et faire en sorte que les patients reçoivent les meilleurs soins possibles?

Interpreters and the fidelity of your message
Gracieuseté de la Provincial Health Services AuthorityLe rôle du fournisseur de soin reste le même lorsqu’on travaille avec un interprête.

R : Dans la profession, on dit souvent qu’il ne suffit pas d’avoir deux mains pour être pianiste. Il ne suffit pas de parler deux langues pour être interprète.

Les interprètes professionnels en soins de santé sont des spécialistes de la langue qui maîtrisent la terminologie médicale et comprennent bien le système canadien des soins de santé. D’après une étude américaine sur le recours à des interprètes professionnels plutôt qu’à des interprètes improvisés dans des services d’urgences pédiatriques, les interprètes improvisés font presque deux fois plus d’erreurs d’interprétation pouvant avoir des conséquences cliniques.

L’exactitude est essentielle pour que l’interprétation soit efficace. Il est risqué de se fier à des membres bilingues du personnel sans formation spécialisée ou à des parents ou amis du patient. Non seulement ils ne parlent pas forcément assez bien les deux langues pour que le message reste intact, mais ils ponctuent aussi parfois leurs phrases de mots anglais ou oublient des informations importantes.

Deuxièmement, la confidentialité des informations concernant le patient est compromise quand des parents ou des amis font l’interprétation. Par ailleurs, quand des parents du patient disent avoir son consentement pour l’aider à surmonter les problèmes linguistiques, il faut se demander comment ils l’ont obtenu.

Troisièmement, il faut être neutre pour donner de l’information médicale sans la déformer. Les proches ne peuvent être que partisans quand il s’agit de la santé d’une personne aimée. Ils sont là pour soutenir le patient, pas pour s’inquiéter de transmettre votre message.

La responsabilité de l’interprète est de transmettre ce message le plus fidèlement possible, avec la syntaxe, le ton et l’insistance sur les éléments importants qui conviennent. Votre rôle en tant que fournisseur de soins de santé ne change pas lorsqu’un interprète vous aide. Continuez à diriger la conversation et concentrez-vous sur votre relation avec le patient, pas l’interprète. Faites les présentations, indiquez à l’interprète où se placer, si nécessaire, et expliquez au patient pourquoi l’interprète est dans la pièce :

Je suis (nom et rôle). Voici (nom de l’interprète), interprète, qui est là pour m’aider à mieux vous comprendre et pour vous aider à mieux me comprendre. Il/elle traduira tout ce qui est dit ici par toutes les personnes présentes. Tout ce qui sera dit pendant cette rencontre est privé et confidentiel et rien ne sera répété en dehors de cette pièce. En tant que professionnel(le), l’interprète a des obligations de confidentialité.

Je vous demanderai de ne pas dire plus de deux ou trois phrases d’un coup pour permettre à l’interprète de les traduire. Je ferai la même chose. Si vous parlez trop vite, l’interprète vous demandera peut-être de vous arrêter en levant la main. C’est pour s’assurer qu’il/elle puisse traduire correctement ce que vous avez dit.

Voici quelques astuces et techniques pour les séances d’interprétation en personne : 

  • Placez-vous de façon à pouvoir rester en contact visuel avec le patient.
  • Adressez-vous directement au patient, pas à l’interprète (par ex. « Quelle est votre adresse? » plutôt que « Demandez son adresse au patient »).
  • Choisissez des phrases courtes. Évitez le jargon, les termes très techniques et les expressions idiomatiques.
  • Ne demandez pas à l’interprète d’être un intermédiaire culturel.
  • Si vous devez converser avec l’interprète pour éclaircir certaines choses, demandez-lui d’expliquer votre échange au patient.

Si vous travaillez aux urgences, il se peut que vous n’ayez accès qu’à une interprétation par téléphone. Contrairement à ce que l’on pourrait s’imaginer, cette méthode n’est pas plus difficile; elle est en fait très similaire.

Voici quelques conseils et techniques spécifiques pour l’interprétation par téléphone :

  • Résumez au préalable pour l’interprète ce que vous voulez tirer de la séance.
  • Veillez à parler clairement et restez bref. Donnez des explications simples mais complètes.
  • Ne comptez pas sur l’interprète pour donner des explications qui situeront vos questions.
  • Demandez des précisions quand vous pensez que c’est nécessaire et permettez au patient et à l’interprète d’en faire autant.
  • Prévenez l’interprète et le patient que la conversation est terminée avant de couper.

En Colombie-Britannique, le Provincial Language Service, qui relève de la Provincial Health Services Authority, fournit des services d’interprétation et de traduction dans plus de 150 langues aux autorités sanitaires régionales de la province. Rien que l’année dernière, nous avons fourni plus de 100 000 heures de services d’interprétation par téléphone et en personne.

L’une des initiatives dont nous sommes particulièrement fiers est notre programme d’ateliers de formation en interprétation en santé mentale. Le programme est né d’une prise de conscience de l’influence qu’a la culture sur la façon dont les gens perçoivent les problèmes de santé mentale. Cette formation prépare les interprètes à gérer les questions culturelles dans des établissements de santé mentale pour qu’ils puissent devenir des membres à part entière des équipes de soins de santé. Les professionnels des soins de santé peuvent aussi recevoir une formation pour apprendre à travailler avec des interprètes qui remplissent ce nouveau rôle.

Kiran Malli est directrice du Provincial Language Service, Provincial Health Services Authority, à vancouver. Elle a conçu et mis en œuvre des programmes de services d’interprétation dans les établissements de soins de santé et les services sanitaires régionaux dans le grand vancouver.
comments powered by Disqus
https://infirmiere-canadienne.com/fr/articles/issues/2014/septembre-2014/les-interpretes-et-la-fidelite-a-votre-message