avr. 02, 2015
Par Maher M. El-Masri, inf. aut., Ph.D.

Terminologie 101 : Analyse selon l’intention de traiter dans les ECR

Intention de traiter : Principe consistant à comparer les participants à un ECR selon le traitement qui leur avait été affecté de façon aléatoire à l’origine, et ce, indépendamment du traitement qu’ils ont reçu

Source : Gordis, L. Epidemiology (5e éd.), 2014, Philadelphie, Elsevier Saunders.


Il y a souvent dans les essais cliniques randomisés (ECR) des participants qui ne se conforment pas à leur affectation randomisée à un groupe et d’autres qui quittent complètement l’étude (autrement dit, avec lesquels le suivi est impossible). Autrefois, les chercheurs effaçaient ces derniers de l’analyse et réaffectaient ceux qui avaient changé de groupe à celui qu’ils avaient choisi. Dans cette méthode, appelée analyse selon le respect du protocole, les données étaient analysées en fonction de l’intervention reçue par les participants pendant l’étude, indépendamment de leur affectation aléatoire. Or cette méthode réduit à néant la raison d’être de la randomisation et compromet fortement la validité des résultats de l’étude. La raison en est que les participants qui quittent l’étude ou ne s’en tiennent pas au groupe qui leur a été affecté le font vraisemblablement à cause de caractéristiques susceptibles d’influer sur notre compréhension du résultat. Par exemple, ceux qui se conforment ont tendance à être plus attentifs à leur santé que ceux qui ne se conforment pas. Ils ont donc plus de chances d’avoir de bons résultats, quel que soit le véritable effet de l’intervention.

L’analyse selon l’intention de traiter est une solution de rechange à la méthode de l’analyse selon le respect du protocole. Les participants à une étude y sont analysés selon leur affectation aléatoire, même si le suivi auprès d’eux est impossible ou s’ils ne se sont pas conformés au protocole. Cette méthode préserve la randomisation des caractéristiques de référence pour les différents groupes de l’étude et reproduit la réalité, où tout le monde ne se conforme pas totalement au traitement prescrit. L’analyse selon l’intention de traiter tend donc à produire une estimation plus prudente, mais aussi plus réaliste du résultat que l’analyse selon le respect du protocole.

Prenons par exemple un ECR visant à comparer les infections de plaies opératoires chez 100 patients relevant d’une opération affectés de façon aléatoire à un groupe de patients dont les pansements sont changés à l’hôpital (groupe 1) et 100 autres patients dont on change les pansements à domicile (groupe 2). Imaginons que 10 patients du groupe 1 quittent l’étude et que 5 ne se présentent pas pour les changements de pansement à l’hôpital, les faisant plutôt changer chez eux. Imaginons en outre que l’on perd la trace de 5 patients du groupe 2 et que 10 autres se présentent à l’hôpital parce que le changement de pansement à domicile les inquiète. Des chercheurs suivant l’approche selon le respect du protocole supprimeraient les 15 patients dont on a perdu la trace dans les deux groupes et ils réaffecteraient les patients qui ont changé de groupe. Ils se retrouveraient avec un échantillon final de 95 patients dans le groupe 1 (dont 10 étaient affectés à l’origine au groupe 2) et de 90 patients dans le groupe 2 (dont 5 étaient au départ dans le groupe 1). Avec la méthode selon l’intention de traiter, cependant, les données des 200 patients seraient analysées en fonction de leur affectation aléatoire, même en cas d’abandon ou de changement de groupe.

Le non-recours à l’analyse selon l’intention de traiter compromet grandement la validité des conclusions de l’étude. En lisant des rapports d’ECR, il faut donc vérifier si les chercheurs ont analysé tous les cas selon leur affectation d’origine à un groupe, y compris ceux dont on a perdu la trace aux fins de suivi.


INF-Fusion.ca Articles sur le sujet

MyiLibrary

  • Bennett, P. Abnormal and Clinical Psychology: An Introductory Textbook, 2011.
  • Di Mario, C., Dangas, G., et Barlis, P. (Éd.). Interventional Cardiology: Principles and Practice, 2011.
  • Holly, C., Salmond, S. W., et Saimbert, M. K. Comprehensive Systematic Review for Advanced Nursing Practice, 2011.
Maher M. El-Masri, inf. aut., Ph.D., est professeur agrégé et chercheur à la faculté de sciences infirmières de l’Université de Windsor, en Ontario.
comments powered by Disqus
https://infirmiere-canadienne.com/fr/articles/issues/2015/avril-2015/analyse-selon-lintention-de-traiter-dans-les-ecr