Rencontres et échanges avec des collègues de partout dans le monde

Septembre 2015   Commentaires
Avec l’aimable autorisation du Conseil international des infirmièresPaisly Symenuk, membre du conseil d’administration de l’Association des étudiant(e)s infirmier(ère)s du Canada, a participé à un panel sur la formation en soins infirmiers lors de l’assemblée étudiante.

Fidèle à son thème, Infirmières et citoyens du monde, le congrès de 2015 du Conseil international des infirmières a donné aux infirmières et infirmiers, parmi lesquels se trouvaient beaucoup de Canadiens, une vision plus large de la santé dans le monde et de l’interdépendance dans le milieu des soins infirmiers.

Le thème de ce congrès tenu en juin à Séoul, en Corée du Sud, allait dans le sens de la conviction du CII : la contribution du milieu infirmier à la santé mondiale atteint son sommet lorsqu’une optique mondiale guide ses actions, quand il élargit sa vision des choses.

« Porte-parole national de la profession au Canada, l’AIIC comprend combien il est essentiel que les infirmières et les infirmiers à tous les niveaux soient connectés et dialoguent entre eux, affirme la présidente de l’AIIC, Karma Velji. Nous apprécions beaucoup nos liens avec le CII, l’organisation internationale de professionnels de la santé qui touche le plus de monde. »

Pour Julie Fraser, infirmière clinicienne spécialisée qui était jusqu’à récemment présidente de l’Association of Registered Nurses of British Columbia, sa première participation à une manifestation du CII a été une révélation. « J’avais eu la chance d’acquérir une perspective provinciale comme présidente de notre association – et je trouvais que c’était déjà beaucoup –, puis l’expérience de siéger au conseil d’administration de l’AIIC et de comprendre les liens nationaux. Mais aller au congrès, ça, c’était majeur, a déclaré Mme Fraser. Ça m’a transformée, ça a élargi mes horizons et m’a fait comprendre que nous sommes citoyens du monde et que nous sommes tous connectés. »

Plusieurs participants canadiens ont dit être frappés par tout ce que les infirmières et infirmiers ont en commun, même s’ils travaillent dans des pays, des situations et des rôles différents : la promotion des soins de santé primaire, les contributions au maintien du système de soins de santé, la préparation de la relève et le travail pour que le personnel soit suffisant pour assurer la sûreté des soins.

« Quel que soit le pays ou le congrès du CII où nous allons, quand nous rencontrons des collègues de tous les secteurs, en particulier ceux qui sont en exercice, ils ont des questions sur les effectifs nécessaires pour assurer la sûreté des soins et sur les ratios personnel infirmier-patients qui conviennent », a déclaré Linda Silas, présidente de la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers.

Il y avait au congrès plus de 5 400 participants venus de 116 pays. En raison des craintes soulevées par une épidémie de syndrome respiratoire du Moyen-Orient (SRMO), un certain nombre de pays n’ont pas envoyé de délégués, ce qui a entraîné quelques absences parmi les conférenciers et les congressistes. Mais même cette situation a été une occasion d’apprendre et de discuter.

« Nous avons eu plusieurs rencontres avec des chercheurs et les dirigeants du syndicat [coréen] des professionnels des soins de santé, qui représente le personnel infirmier, pour parler de santé et sécurité au travail et de ce qui s’est passé au Canada avec le SRAS puis de la [préparation pour] Ebola », souligne Mme Silas.

La professeure Boksun Yang de l’Université Jesus, à Jeonju, et la présidente de l’AIIC, Karima Velji. La faculté de sciences infirmières a invité Mme Velji à faire un exposé sur la formation canadienne en sciences infirmières et sur les tendances mondiales en la matière.

Des Canadiens sur la scène internationale
Membre du CII depuis sa création en 1908, l’AIIC est le seul membre canadien et le troisième en importance après l’Espagne et le Japon. Au congrès, le CII a remis à l’AIIC son Prix de l’inclusivité argent pour saluer la réussite importante que représente l’inclusion dans ses membres de plus de 50 % du personnel infirmier au Canada.

Plus de 60 étudiants et infirmières et infirmiers canadiens étaient à Séoul. L’ensemble du conseil d’administration du CII, dont la Canadienne Judith Shamian, présidente du CII, était parmi les 130 convives à la réception de l’AIIC.

Durant la réunion du Conseil des représentants nationaux, Mme Velji et la directrice générale de l’AIIC, Anne Sutherland Boal, ont représenté le Canada pour de vastes discussions sur les politiques. Le CII et l’Organisation mondiale de la Santé ont participé à une première consultation sur les ressources humaines en santé. Avec le soutien de l’AIIC, Mme Shamian et d’autres spécialistes canadiens de ce domaine ont préparé une tribune reposant sur des données probantes pour présenter certains des enjeux majeurs en ce qui concerne les besoins de ressources humaines en santé partout dans le monde.

Dans le cadre du congrès scientifique, des Canadiens ont présenté 30 séances, 9 présentations par affiche et 3 symposiums et ont publié 11 résumés, faisant ainsi rayonner leur expertise dans de nombreux domaines de la pratique et des politiques. L’AIIC a présenté six exposés et un résumé. Les sujets comprenaient la pratique avancée, le leadership, les plaidoyers concertés, le rôle des infirmières et infirmiers autorisés dans les soins communautaires et l’utilisation des technologies de l’information par le personnel infirmier. Mme Sutherland Boal rapporte qu’un exposé sur la situation en matière de prescription de médicaments par les infirmières et infirmiers autorisés dans les différentes régions du Canada et le cadre national de l’AIIC à ce sujet ont été particulièrement bien reçus et ont suscité des questions de suivi par des participants d’autres pays.

Souvenirs inoubliables et enseignements
Cette rencontre internationale a permis de « véritables échanges » d’information novatrice, souligne Vanessa Burkoski, présidente de l’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario (RNAO). Si sa présentation portait sur la prestation de soins sûrs et de qualité et sur le travail de la RNAO pour élaborer des lignes directrices sur les pratiques exemplaires, elle a aussi appris comment d’autres pays mettent en place leurs systèmes de prestation de services en contexte de restrictions financières.

« En savoir plus sur certaines des difficultés que doivent surmonter d’autres pays aide les chefs de file des soins infirmiers à réfléchir à ce contexte du point de vue des politiques et à faire en sorte qu’ici, nos politiques respectives ne nous entraînent pas sur la même voie que dans ces pays, fait valoir Mme Burkoski.

Pour Paisly Symenuk, étudiante de troisième année en sciences infirmières à l’Université de l’Alberta, l’expérience du CII a renforcé sa conviction qu’il est important de participer à l’élaboration de politiques et de plaidoyers mondiaux en matière de santé. La présidente du comité de la santé mondiale de l’Association des étudiant(e)s infirmier(ère)s du Canada a présenté une affiche au congrès et était l’une des cinq panélistes à l’assemblée étudiante.

« À mon avis, l’un des points importants sur lequel beaucoup de présentateurs s’entendaient est la nécessité pour le personnel infirmier de s’intéresser à l’élaboration des politiques et d’être dans des postes où ils peuvent prendre des décisions qui influencent les résultats en santé, a déclaré Mme Symenuk. En tant qu’infirmières, infirmiers et étudiants dans ce domaine, nous devons être à l’aise dans ce type de positions. »

Selon Mme Symenuk, les participants à l’assemblée étudiante ont discuté de la possibilité de créer une association mondiale d’étudiantes et étudiants, similaire au CII, pour aider ce groupe à se faire entendre sur la scène internationale.


Fondé en 1899, le CII a été le tout premier regroupement international de professionnels de la santé. Fédération regroupant actuellement plus de 130 associations nationales d’infirmiers et infirmières, le CII représente plus de 16 millions de membres du domaine infirmier. Par son programme et ses activités, il cherche à promouvoir, partout dans le monde, la qualité des soins infirmiers et de saines politiques en matière de santé.

Tous les deux ans, le CII rassemble des infirmières et des infirmiers de partout dans le monde à l’occasion de la réunion des pays membres de son Conseil des représentants nationaux, suivie d’un congrès scientifique de trois jours. Le prochain rassemblement aura lieu à Barcelone, en Espagne, en juin 2017.

Denise Rideout

Denise Rideout est coordinatrice des communications internes à l’AIIC.

comments powered by Disqus