Brièvement

Avril 2016   Commentaires

L’inné et l’acquis dans l’assiette

On en sait un peu plus sur la façon dont gènes et milieu social interagissent pour influencer nos choix alimentaires. Selon des chercheurs de McGill auteurs d’une étude menée auprès de 190 enfants de 4 ans, réalisée au Canada et publiée dans JAMA Pediatrics, les filles de familles à faible revenu porteuses du gène DRD4 VNTR à 7 répétitions avaient une alimentation plus grasse que celles du même milieu qui n’étaient pas porteuses de cette variante. Par contre, les filles de familles plus aisées porteuses de la variante avaient une alimentation moins grasse que celles de familles semblables dépourvues de la variante. Ces effets n’ont pas été constatés chez les garçons.


< 1 2 3 4 5  
comments powered by Disqus