Brièvement

Juin 2016   Commentaires

Les effets combinés de la dépression et de la dysrégulation du métabolisme

La dépression pourrait multiplier le risque de diabète de type 2 chez les personnes qui montrent des signes annonciateurs de maladie métabolique, comme l’obésité, l’hypertension et des taux de cholestérol élevés, d’après des chercheurs de Montréal et Calgary. Dans une étude publiée dans Molecular Psychiatry, les chercheurs ont sélectionné 2 525 participants de 40 à 69 ans au Québec et les ont répartis en quatre groupes : ceux qui combinaient trois facteurs de risque métaboliques ou plus (une maladie appelée dysrégulation du métabolisme) et dépression; ceux atteints de dépression mais pas de dysrégulation du métabolisme; ceux atteints de dysrégulation du métabolisme mais pas de dépression; et ceux atteints d’aucun des deux.

Les chercheurs ont découvert que les participants atteints seulement de dépression n’étaient pas vraiment plus à risque de devenir diabétiques que ceux du groupe témoin. Comparé au groupe témoin, la probabilité de devenir diabétique était quatre fois plus élevée pour le groupe atteint de dysrégulation du métabolisme et plus de six fois plus élevée pour le groupe souffrant à la fois de dépression et de dysrégulation du métabolisme. L’analyse montre que les effets combinés de la dépression et de la dysrégulation du métabolisme sont plus grands que la somme des effets individuels de ces deux maladies.


< 1 2 3 4 5  ...  
comments powered by Disqus