nov. 01,2016
Par Sheri Lynn Price, Ph.D., inf. aut. , Bridget Pierce, M. Sc.inf., inf. aut.

Application des connaissances pour une nouvelle génération

Des résultats de recherche servent à une campagne de recrutement dans les médias sociaux et sur le Web visant à donner une image plus exacte de la profession

Riley Smith PhotographyBridget Pierce et Sheri Price travaillent sur le site de la campagne Be a Nurse.

Dans ses recherches doctorales, Sheri Price a étudié la façon dont des infirmières et infirmiers du millénaire ont choisi cette carrière. Elle voulait en particulier comprendre ce qui avait amené les jeunes de cette génération à la profession, compte tenu des nombreuses possibilités qui existent actuellement.

Elle a découvert que la socialisation précoce, à travers les interactions avec les parents, les pairs et les médias, avait coloré leur perception et leurs attentes en ce qui concerne une carrière en soins infirmiers. Les étudiants ont rapporté que ces interactions reflétaient souvent des représentations stéréotypées de la profession.

Mme Price voulait trouver une méthode efficace d’application des connaissances pour transmettre ce que montraient ses recherches, surtout à ceux qui pourraient envisager une carrière en soins infirmiers : les élèves des écoles intermédiaires et secondaires et les étudiants des universités. Elle craignait que les méthodes traditionnelles de communication (publications et exposés) manquent d’efficacité avec cette génération branchée.

Mme Price a fait une demande de financement pour la diffusion de la recherche, qui lui permettrait de créer une série de vidéos de recrutement et d’orientation professionnelle présentant les récits de participants tout en s’attaquant à certains stéréotypes. La principale caractéristique du projet serait le lancement d’une campagne de recrutement réaliste présentant une image contemporaine de la profession infirmière au moyen de stratégies employées pour les médias sociaux et le Web. Consciente de la popularité de Facebook, de Twitter et des blogues auprès de la génération du millénaire, elle a compris que pour s’assurer d’une efficacité maximale, elle devait faire le lien entre toutes ces plateformes.

Un financement de la fondation Nova Scotia Health Research Foundation (NSHRF), sous forme d’une bourse appelée Knowledge Sharing Support Award, a permis à Mme Price d’embaucher une étudiante en sciences infirmières de la génération du millénaire, Bridget Pierce, comme coordinatrice de la recherche, pour l’aider à créer et lancer la campagne. Son aide s’est avérée précieuse : Mme Pierce avait les compétences et l’expérience qui manquaient à Mme Price en matière d’utilisation des médias sociaux.

L’équipe a créé des scénarios qui intégraient des déclarations et des messages clés provenant des participants à la recherche. Essentiellement, les participants avaient établi la nécessité de véhiculer une image contemporaine et modernisée des infirmières et des infirmiers, en montrant qu’ils ont un esprit critique, qu’ils sont des leaders et des agents de changement au sein du système de santé et de la communauté.

Souhaitant être fidèle aux récits des participants, l’équipe s’est engagée à utiliser le plus possible des citations exactes en intégrant des aspects des récits dans chacun des scénarios. Des extraits des transcriptions ont servi à créer cinq vignettes sur des choix de carrière distincts et une vidéo de recrutement générale. L’équipe a recruté quatre étudiantes et un étudiant du millénaire pour jouer dans les vidéos. Après avoir passé en revue les thèmes des vignettes, chacun des étudiants a choisi le personnage qui correspondait le mieux à son parcours personnel. L’équipe leur a donné la possibilité de faire des commentaires pour que les produits définitifs paraissent le plus naturel et spontané possible.

Les vidéos véhiculent des images de la profession et des messages inusités dans les médias populaires, comme le fait que les infirmières et infirmiers sont excellents en mathématiques et en sciences, pensent aux enjeux mondiaux, veulent contribuer à leur communauté et aiment travailler en équipe.

Pour que les messages atteignent leur public principal, Mmes Price et Pierce ont affiché les vidéos sur YouTube et invité les organisations infirmières nationales, provinciales et territoriales à en faire la promotion. Elles ont créé une chaîne YouTube (youtube.com/user/BeANurseCa) pour y afficher les vidéos et ont également lancé un site Web (BeANurse.ca), un compte Twitter et une page Facebook pour présenter de l’information pertinente sur la profession infirmière.

Résultats

L’évaluation de la campagne a débuté pendant les phases initiales du projet, au moyen d’essais pilotes portant sur le contenu des vidéos et des messages dans les réseaux sociaux au sein de trois publics : intervenants du milieu universitaire et de la profession, étudiants de premier cycle et employeurs. Ces essais ont permis de vérifier que les messages étaient accessibles pour tous les publics.

Le financement apporté par la fondation NSHRF a en outre permis à l’équipe d’apprendre, grâce à une formation, comment suivre les résultats des médias sociaux et ajuster le matériel en fonction des réactions aux messages et aux vidéos (les « j’aime », les inscriptions et les commentaires). Mme Pierce était responsable de préparer et d’afficher le contenu destiné aux médias sociaux. Elle en a évalué l’efficacité en suivant l’utilisation des médias sociaux au moyen de critères adaptés, comme la taille de la communauté Web, le trafic sur les médias sociaux (accès au site Web, nombre de personnes qui les suivent, nombre de « j’aime »), les impressions sociales (notation du contenu en ligne) et les prises de contact pour suivi. Dans le monde des médias sociaux, un « j’aime » et le partage d’un statut ou d’un gazouillis sont autant d’outils efficaces de dissémination et d’évaluation. À ce jour, les vidéos sur YouTube ont été regardées plus de 16 000 fois, et le compte Twitter a plus de 500 abonnés.

Enseignements tirés

Dans le milieu de la recherche, on s’attend à ce que les chercheurs élaborent un plan efficace d’application des connaissances pour la dissémination de leurs résultats. Cette façon de procéder s’est considérablement éloignée des publications à comité de lecture et des exposés. Utiliser les médias sociaux à des fins de dissémination nécessite une formation et est moins simple qu’il y paraît d’abord. L’équipe a appris que pour susciter l’intérêt, les messages doivent être succincts, d’actualité et fréquents. Les médias sociaux étant un mode de communication itératif, il faut de la persistance pour arriver à toucher un public cible et accroître les abonnés, les visionnements de pages et les « j’aime ».

L’équipe a également appris l’utilité du réseautage sur les médias sociaux : le partage de ce qui est affiché peut stimuler la dissémination.

Prochaines étapes

La campagne Be a Nurse a remporté beaucoup de succès et continue d’évoluer pour refléter les besoins et priorités en matière de recrutement. Des universités, des écoles secondaires, des programmes de sciences infirmières et des associations professionnelles d’infirmières et infirmiers utilisent les vidéos. D’autres organisations, comme Junior Achievement of Nova Scotia, le conseil provincial sur la santé (Health Sector Council) et le ministère du Travail et de l’Éducation supérieure de la Nouvelle-Écosse, ont aussi appuyé ce travail.

Mme Price a parlé de cette méthode d’application des connaissances et de la campagne dans diverses causeries au Canada, ce qui l’a amenée à participer à des projets connexes : une nouvelle vidéo concernant l’entrée sur le marché du travail et destinée aux nouveaux diplômés pour le centre de santé IWK à Halifax, une série de vidéos pour promouvoir les carrières en santé mentale et une vidéo de recrutement pour les zones rurales (en préparation). Vu le succès de la campagne, Mme Price a été invitée à diriger un projet national (financé par la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers) pour examiner les besoins et les attentes, sur le plan professionnel, des infirmières et infirmiers en début de carrière ou au milieu.

Convaincue de l’efficacité des médias sociaux pour disséminer les résultats de ses recherches, Mme Price veille à ce que toutes ses demandes de financement et tous ses projets incluent ce volet.

Sheri Lynn Price, Ph.D., inf. aut., est professeure adjointe à l’école de sciences infirmières de l’Université Dalhousie. Ses recherches sont axées sur les services de santé, et plus particulièrement sur la socialisation professionnelle et sur la collaboration interprofessionnelle.
Bridget Pierce, M. Sc.inf., inf. aut., a récemment obtenu son diplôme de l’Université Dalhousie et travaille actuellement comme chef de la qualité et de la sécurité des patients à la Nova Scotia Health Authority.
comments powered by Disqus