La création d’un infirmier clinicien philosophe

Mai-Juin 2017   Commentaires

J’ai récemment changé d’emploi, laissant un poste d’infirmier clinicien (IC), où j’étais infirmier responsable dans une unité de soins intensifs en cardiologie, pour un poste d’infirmier clinicien enseignant (ICE) dans une unité de soins coronariens. Depuis, on me demande souvent lequel des deux postes je préfère. Je réponds généralement que chacun comporte ses avantages et son lot de difficultés et que je suis heureux dans un rôle comme dans l’autre.

On m’a aussi questionné sur mon poste idéal : clinicien, éducateur ou une combinaison des deux. Après mûre réflexion, j’ai décidé que dans un monde idéal, je m’inventerais un nouveau rôle : celui d’infirmier clinicien philosophe (ICP).

J’aimerais être en mesure de combiner les aspects de chacun de ces rôles que je considère comme importants et gratifiants, sur les plans personnel et professionnel. J’aime beaucoup l’activité clinique dans le rôle d’IC : la participation aux évaluations et aux décisions et l’aide au personnel infirmier et aux médecins pour qu’ils travaillent ensemble et fournissent les meilleurs soins possibles aux patients en cardiologie dont le cas est complexe. Mais j’aime aussi beaucoup la partie enseignement dans le rôle d’ICE : enseigner dans une salle de classe, offrir des occasions d’apprentissage individuel et concevoir du matériel pédagogique pour différents contextes.

Ce que j’aime par-dessus tout dans le métier d’infirmier, cependant, c’est réfléchir aux questions de pratique et encourager mes collègues à analyser sous tous les angles leur façon d’aborder leurs activités et interactions quotidiennes. Si j’étais ICP, je travaillerais dans un domaine clinique, mais consacrerais mon temps à remettre en question des pratiques insuffisamment examinées et des idées reçues et à promouvoir le dialogue sur les fondements et les valeurs du travail infirmier.

Quand je vois des infirmières ou des infirmiers qui lisent des articles de revues spécialisées ou que je rencontre des universitaires qui mènent des recherches dans des unités de soins infirmiers, je me surprends à penser que le fossé entre la théorie et la pratique n’est pas aussi grand qu’on le croit parfois. Les IC ne se contentent pas de suivre des procédures, et les universitaires ne se contentent pas de produire des théories dans leur coin. Mais il n’est pas facile d’apprendre à penser autrement, à se demander non pas comment marche la pratique infirmière, mais pourquoi la pratique est telle qu’elle est. En tant qu’ICP, je serais là pour aider le personnel infirmier à fusionner ces deux mondes.

Le rôle des IC et des ICE est essentiellement de promouvoir le perfectionnement professionnel du personnel infirmier. Mais je dois parfois me demander si les infirmières et infirmiers pourraient tout aussi bien accéder à ce que j’enseigne en lisant un article spécialisé ou un document de politique. Si je peux leur apprendre à examiner leur pratique de plus près, je leur rendrai un plus grand service, ainsi qu’à la profession, que si je me contente de répondre à leurs questions. Mes responsabilités d’IC ou d’ICE me laissent peu de temps pour favoriser ce type de réflexion. Si j’étais ICP, je pourrais me consacrer davantage à leur inculquer l’habitude de réfléchir et de remettre les choses en question pour que cela devienne une partie intégrante du caractère, au sens aristotélicien du terme, de tous les membres du personnel infirmier. À une époque où il faut consulter un nombre impressionnant de directives, politiques, procédures et normes, il est plus important que jamais de cultiver la pensée critique et le discernement au sein de la profession infirmière.

En attendant qu’un poste d’ICP s’ouvre pour moi, j’intégrerai la réflexion et le questionnement dans tous les rôles qu’on me confiera, en espérant que mes collègues continueront de m’aborder avec une de mes phrases préférées : « J’ai une question... »

Roy Poules, M. Sc. Inf., inf. aut.

Roy Poules, M. Sc. Inf., inf. aut., après avoir été infirmier clinicien en soins intensifs de cardiologie au Foothills Medical Centre, est maintenant infirmier clinicien éducateur en cardiologie au Peter Lougheed Centre à Calgary.

comments powered by Disqus