Décider d’être en meilleure santé

Mars-Avril 2017   Commentaires

Marc Bourgeois
Déjà deux mois que 2017 a commencé, et ma résolution du Nouvel An d’améliorer ma santé tient bon. La moitié seulement des Canadiens qui prennent une résolution parviennent à s’y tenir pendant un mois. Bien que je m’efforce d’entretenir – voire d’améliorer – ma santé depuis plus de dix ans, j’ai du mal à rester motivé pendant l’hiver. Mon objectif n’est pas de retrouver le corps athlétique de mes 20 ans, mais plutôt de faire le nécessaire pour rester en bonne santé pendant une autre trentaine d’années, voire plus.

J’essaye de trouver de nouvelles activités ou des recherches pour m’aider à modifier un peu ma routine et rendre cette entreprise moins laborieuse, en particulier en ce qui concerne ce que je mange et la variété d’aliments sains que je consomme.

Les différents guides consultés sur les sites Web de Santé Canada et de l’Agence canadienne d’inspection des aliments m’ont aidé à mieux comprendre les aliments, les allergies alimentaires et l’étiquetage concernant les allergènes et à mieux savoir où acheter des aliments biologiques. J’ai adopté plusieurs de leurs recommandations et de leurs outils.

Ce numéro d’infirmière canadienne aborde des propositions actuelles pour modifier l’étiquetage des aliments dans le but d’aider les consommateurs à bien choisir. Il y est question, entre autres, de placer les étiquettes sur le devant des emballages, de veiller à ce que tous les sucres contenus dans des aliments préemballés soient indiqués et de signaler la présence d’aliments transgéniques sur les étiquettes. Un autre projet de loi verrait la modification de la Loi sur les aliments et drogues pour interdire toute publicité destinée aux enfants pour promouvoir des aliments ou des boissons. Nous avons aussi un article sur le début d’une révision en profondeur du Guide alimentaire canadien. Vous trouverez dans ces articles une couverture détaillée des buts que vise la stratégie du gouvernement fédéral pour une alimentation saine.

Ces dispositions appuieront mes efforts personnels pour rester en bonne santé en faisant de l’exercice et en comptant les calories. J’apprécie la Loi pour des choix santé dans les menus de l’Ontario, qui imposent aux chaînes de restaurants d’indiquer le nombre de calories pour chaque plat, ce qui me permet de composer mes repas en faisant de meilleurs choix.

Ce numéro laisse le mot de la fin à Sasha McNicoll, coordinatrice de la Coalition pour une saine alimentation scolaire du Réseau pour une alimentation durable. Elle en appelle au gouvernement fédéral pour qu’il crée un programme alimentaire scolaire national

Avec ces articles sur l’alimentation et la nutrition, j’espère que ce numéro deviendra un outil de référence pour vous, nos lectrices et lecteurs, et pour vos clients et patients.

Nous espérons que vous aimerez le contenu informatif de ce numéro d’infirmière canadienne.

Marc Bourgeois
redacteur@infirmiere-canadienne.com

comments powered by Disqus