L’AIIC propose d’ouvrir ses portes à l’ensemble du personnel infirmier

janvier - février 2018   Commentaires

Ce que les membres doivent savoir sur le changement proposé, son contexte et la décision à venir

Le paysage des soins infirmiers et des soins de santé évolue. Notre association professionnelle nationale évolue, elle aussi, pour renforcer sa présence et sa pertinence, tant pour le personnel infirmier que pour le système de santé, maintenant et à l’avenir.

L’AIIC remplit fièrement, depuis 1908, la fonction de porte-parole professionnel des infirmières et infirmiers autorisés sur la scène nationale. Mais aujourd’hui, de nombreux autres regroupements provinciaux, territoriaux et nationaux représentent d’autres catégories d’infirmières et infirmiers réglementées. Au fil des ans, notre profession s’est donc fragmentée, ce qui n’est pas toujours dans l’intérêt du public.

La population canadienne, les gouvernements et les dirigeants du système de santé s’attendent, et c’est légitime, à ce que la collaboration règne au sein des soins de santé, et les modèles de soins interprofessionnels deviennent la norme. Pour l’AIIC, l’évolution actuelle offre au milieu infirmier une occasion stratégique de coordonner les voix diverses sous la bannière d’une association professionnelle nationale unifiée.

Quels changements étudie l’AIIC?
Pour renforcer les soins infirmiers au Canada, l’AIIC envisage d’ouvrir ses portes à d’autres groupes que les infirmières et infirmiers autorisés et praticiens : les infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés et psychiatriques autorisés.

L’élément déclencheur est la décision, en Colombie-Britannique, de réunir les quatre catégories réglementées au sein d’une nouvelle association professionnelle unique : Nurses and Nurse Practitioners of BC (NNPBC). La création de NNPBC, en mai 2018, marquera la disparition de l’Association of Registered Nurses of BC, qui est actuellement membre de l’AIIC. Les membres de la nouvelle association incluront les infirmières et infirmiers autorisés, praticiens, auxiliaires autorisés et psychiatriques autorisés. Or, en vertu de la structure de gouvernance de l’AIIC, établie il y a bien longtemps, seuls les infirmières et infirmiers autorisés et praticiens peuvent être membres.

Indépendamment de la situation observée en C.-B., la fragmentation de la profession infirmière nuit à l’efficacité de nos effectifs. Le manque d’unité et de collaboration au sein du milieu a eu des incidences néfastes dans la pratique et sur le plan organisationnel et systémique. Pour que fonctionne la collaboration interprofessionnelle, la collaboration intraprofessionnelle est nécessaire.

La proposition de s’ouvrir à d’autres catégories d’infirmières et infirmiers a été considérée, discutée et débattue à la réunion de novembre 2017 du conseil d’administration de l’AIIC. Au terme de ces discussions, le conseil d’administration a approuvé à l’unanimité une motion visant à présenter aux membres votant à l’assemblée annuelle, le 18 juin prochain, une proposition de modification au règlement pour promulguer ce changement majeur.

Quels groupes propose-t-on d’accepter comme membres?
L’AIIC propose d’accepter comme membres deux autres désignations infirmières réglementées : les infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés et les infirmières et infirmiers psychiatriques autorisés.

  • Les infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés sont présents dans chaque province et territoire du Canada. Partout sauf en Ontario, ils sont appelés en anglais « licensed practical nurses », ou LPN. En Ontario, on parle de « registered practical nurses », ou RPN.
  • La formation et la réglementation des infirmières et infirmiers psychiatriques autorisés n’existent qu’en C.-B., en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba et au Yukon.

Pourquoi maintenant?
Le moment est opportun, pour deux grandes raisons :

  1. La profession infirmière comprend quatre grandes désignations réglementées. Tous les jours, partout à travers le pays, on trouve dans les mêmes lieux de travail, dans les mêmes équipes, des infirmières et des infirmiers de chacun de ces groupes. Pour refléter cette situation, l’association professionnelle nationale représentant le milieu infirmier devrait être en mesure de représenter tous ces groupes et de promouvoir vigoureusement la collaboration intraprofessionnelle, en plus d’y contribuer.
  2. Les changements qui touchent les politiques et la législation et qui concernent les associations, les ordres et les soins de santé (maintenant et à l’avenir) influencent inévitablement les catégories de membres de l’AIIC. Pour être plus précis :
    • En novembre 2017, le gouvernement de C.-B. a adopté une loi qui permet à un seul organisme de réglementer toutes les désignations infirmières. Ce nouvel organisme procède actuellement à l’amalgamation. En même temps, la nouvelle association professionnelle de la province (NNPBC) prévoit d’être opérationnelle au printemps, et ses catégories de membres incluent toutes les désignations. Pour que la NNPBC continue à représenter la C.-B. à l’AIIC, il faut que ces autres groupes y soient accueillis.
    • En Nouvelle-Écosse, depuis l’arrivée d’une nouvelle politique gouvernementale sur les professions autoréglementées, les organismes de réglementation doivent œuvrer exclusivement dans l’intérêt du public plutôt que de défendre les droits de la profession (un aspect essentiel du travail de l’AIIC). Du fait de ce changement, l’organisme membre de l’AIIC pour la N.-É., le College of Registered Nurses of Nova Scotia (qui remplit ces fonctions de réglementation) devra se retirer de notre Association d’ici quelques années. De plus, les organismes de réglementation des infirmières et infirmiers autorisés et auxiliaires autorisés en N.-É. préparent la création d’un organisme unique de réglementation, ce qui, pour l’AIIC, soulève les mêmes questions que les amalgamations en C.-B. Il est clair que d’autres provinces et territoires pourraient leur emboîter le pas.

Ces changements rapides ont obligé le conseil d’administration de l’AIIC à envisager des modèles qui incluent les quatre désignations infirmières.

Quand et comment ce changement sera-t-il soumis à un vote?
Les membres votants, sélectionnés avant l’assemblée annuelle, se prononceront sur l’adoption de la modification. Une majorité de deux tiers est nécessaire pour cette adoption.

Les membres de l’AIIC sont invités à participer à l’assemblée annuelle le 18 juin prochain :

  • En personne au Centre Shaw, Ottawa, de 8 h 30 à 16 h 30 HE
  • En direct lors d’une webémission à cna-aiic.ca/assemblee, de 8 h 30 à 16 h 30 HE

Nota :   Seuls les membres votants désignés qui participeront à l’assemblée pourront voter.

Fournirez-vous plus d’information avant le vote?
Oui, au cours des prochains mois, l’AIIC utilisera ses moyens de communication pour expliquer l’urgence et l’importance de la décision qui nous attend. Les membres votants recevront des renseignements détaillés avant l’assemblée annuelle.

Le moment est important et prometteur, tant pour l’AIIC que pour la profession infirmière au Canada. Dès maintenant, les dirigeants de l’AIIC souhaitent recueillir les opinions des infirmières et infirmiers sur la proposition d’accepter comme membres des infirmières et infirmiers autres qu’autorisés et praticiens. Faites-nous part de votre avis en participant à un court sondage ici : cna-aiic.ca/votreavis.

Vos commentaires et questions sont toujours les bienvenus à votreopinion@cna-aiic.ca.

comments powered by Disqus