Manque de connaissances sur les risques associés à la consommation récréative de cannabis

janvier - février 2018   Commentaires

Dans un récent sondage national de l’AIIC, moins de deux tiers des infirmières et infirmiers interrogés estimaient connaître ou très bien connaître les risques pour la santé associés à la consommation de cannabis à des fins non médicales. Ces résultats sont inquiétants, car il est probable que tout le personnel infirmier interagira avec les patients à ce sujet.

Le sondage visait à évaluer les connaissances du personnel infirmier au sujet des effets sur la santé de la consommation récréative de cannabis et à guider Santé Canada dans sa préparation d’une campagne d’information publique avant la légalisation du cannabis prévue pour cette année. Les infirmières et infirmiers interrogés ont cerné des lacunes précises dans cinq domaines :

  • La consommation pendant la grossesse
  • Les risques pour la santé associés à diverses méthodes de consommation
  • Les effets de la consommation sur le développement du cerveau
  • Le risque de dépendance
  • Les risques pour la santé mentale associés à la consommation

Les résultats d’un sondage réalisé en septembre par Nanos indiquaient que neuf personnes sur dix au Canada sont favorables à l’idée que le personnel infirmier fournisse de l’information sur les risques et les méfaits de la consommation de cannabis à des fins récréatives. Ces lacunes dans les connaissances indiquent donc aussi la nécessité d’un investissement fédéral accru dans la formation et le perfectionnement professionnels du personnel infirmier. L’AIIC a recommandé que le gouvernement apporte un financement non renouvelable de 1,5 million de dollars pour augmenter la formation du personnel infirmier au sujet du cannabis et le soutenir dans ses fonctions en tant qu’importante source publique d’information.

Barb Shellian, présidente de l’AIIC, a réagi à ces résultats en soulignant l’importance de préparer le personnel infirmier à répondre aux questions des patients.

comments powered by Disqus