Prévenir les brûlures d’enfants à la maison

janvier - février 2018   Commentaires

Q : Que devrais-je enseigner aux personnes qui s’occupent d’enfants sur la prévention des brûlures chez les enfants de cinq ans ou moins?

R : Mes 18 années d’expérience d’infirmière clinicienne à l’unité de soins aux brûlés de l’hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique m’ont enseigné que les personnes qui s’occupent d’enfants ont besoin d’être mieux informées quant aux causes fréquentes, graves et évitables de brûlures. Beaucoup de celles que j’ai rencontrées au fil des ans auraient aimé que quelqu’un leur dise que les brûlures et les échaudures sont parmi les principales causes de traumatisme chez les enfants, car elles auraient ainsi pu prévenir ces blessures.

Les échaudures, le type le plus courant de brûlure thermique chez les enfants de cinq ans ou moins, sont généralement causées par des boissons chaudes ou de l’eau chaude du robinet. Les brûlures au contact d’appareils ménagers chauds, comme les poêles ou les foyers vitrés, sont également fréquentes. Les jeunes enfants sont sujets à ce type de blessures parce qu’ils sont curieux, bougent vite et ne comprennent pas les dangers.

Beaucoup de ces blessures surviennent parce que les adultes de leur entourage ne sont pas conscients des risques de brûlures que comporte leur domicile et qu’ils ne modifient donc pas l’environnement ou leurs habitudes. Par exemple, comme ils ne savent pas que la vitre d’un foyer au gaz atteint 200 °C (400 °F) en quelques minutes à peine et met 45 minutes à refroidir, ils n’installent pas de barrière de sécurité devant. De même, s’ils ne savent pas qu’une boisson chaude (même à une température où on peut la boire agréablement) peut brûler gravement un enfant en 10 secondes, ils ne pensent pas à la placer hors de sa portée.

La façon la plus efficace de prévenir ces blessures est d’enseigner aux adultes l’ABC de la prévention des brûlures :

  • Ayez conscience des risques de brûlures chez vous et du danger grave qu’ils représentent pour un enfant.
  • Bannissez les dangers potentiels de votre milieu de vie.
  • Couvez l’enfant. Restez toujours à portée de main lorsqu’il y a risque de brûlure.

Une fois que les personnes qui s’occupent d’enfants ont pris conscience des risques de brûlures, elles ont besoin de stratégies pour rendre leur milieu de vie plus sûr. D’après les spécialistes de la prévention des blessures, ces stratégies sont plus faciles à comprendre quand on les envisage sous l’un ou l’autre de ces deux angles : actif ou passif. Les stratégies actives sont celles qu’il faut répéter chaque fois qu’il y a un danger. Ainsi, quand un adulte choisit d’utiliser une tasse de voyage pour éviter de renverser sa boisson chaude ou décide de rester à proximité d’un enfant qui prend son bain, il utilise des stratégies actives. Baisser la température de l’eau chaude de 60 °C (140 F) à 49 °C (120 F) est un exemple de stratégie passive.

Quand on enseigne ces stratégies aux gens, il est capital qu’ils comprennent l’importance de combiner les deux types. Les stratégies passives, en particulier, peuvent donner une impression trompeuse de sécurité. En baissant la température de l’eau à 49 °C, par exemple, on peut penser qu’un enfant est en sécurité sans supervision dans son bain. Cependant, bien que baisser la température de l’eau soit une stratégie passive importante, la gravité de l’échaudure dépend aussi de la durée de l’exposition. Une échaudure grave, causée par une exposition pendant une seconde à de l’eau à 60 °C, peut aussi résulter d’une exposition de 10 minutes à de l’eau à 49 °C. Comme le montre cet exemple, les adultes qui s’occupent d’enfants doivent donc utiliser l’ABC de la prévention en conjonction avec des stratégies actives et passives : dans ce cas, réduire la température de l’eau du robinet et rester à proximité de l’enfant.

Un dernier point au sujet de l’eau chaude : j’utilise le terme eau chaude du robinet parce que la température de l’eau dans les chauffe-eau électriques ne devrait pas être baissée, car cela favoriserait la prolifération des bactéries. La solution est donc d’utiliser un mélangeur externe, qui fait baisser la température en ajoutant de l’eau froide à l’eau chaude.

Frances MacDougall, inf. aut.

Frances MacDougall, inf. aut., est infirmière clinicienne à l’unité de soins post-anesthésie à l’hôpital pour enfant de la Colombie-Britannique. Elle a conçu le programme de prévention des brûlures de jeunes enfants Too Hot for Tots!

comments powered by Disqus