Les projets du Dorothy Wylie Health Leaders Institute en 2017

mars - avril 2018   Commentaires

Les diplômés de l’Institut soulignent les avantages de renforcer leurs compétences en leadership.

Depuis 2001, le Dorothy Wylie Health Leaders Institute (DWHLI) aide des professionnels des soins de santé à renforcer les compétences en leadership qui leur permettront de faire bouger les choses au travail. L’une des caractéristiques de la formation est que les participants choisissent un projet auquel travailler en équipe et qui profitera à l’organisation qui les parraine.

En 2017, des organisations de prestation de soins, des organismes gouvernementaux, des représentants du monde universitaire et des associations professionnelles ont soutenu les participants à 29 projets en rapport avec les soins actifs, la santé publique, la santé autochtone, la formation et la santé mentale. Parmi les buts divers de ces projets, il y avait :

  • améliorer les relations et le transfert de connaissances en augmentant le mentorat entre le personnel expérimenté des soins intensifs et les novices;
  • aider les membres du personnel à trouver un meilleur équilibre travail-vie personnelle en normalisant les demandes de congés, d’échanges de quarts et de changements d’horaires;
  • améliorer le travail en équipe en aidant les infirmières et infirmiers autorisés à mieux comprendre le champ d’exercice des IAA.

Les organisations qui parrainent les projets de l’Institut apprécient leur aspect concret, gage d’avantages immédiats.

En 2017, l’équipe de Niagara Health a cherché comment mettre en place des processus normalisés pour assurer la responsabilisation pour des soins de santé de qualité très performants, conformément à la troisième valeur fondamentale de l’organisation : l’atteinte d’objectifs ambitieux. « Nous voulions choisir un projet qui serait dans la lignée des actions stratégiques de l’hôpital et qui nous servirait au quotidien », se souvient Toni Rogers, infirmière autorisée et gestionnaire, Cardiologie clinique.

Après plusieurs discussions avec les gestionnaires et les directeurs, les membres de l’équipe ont créé le projet Work on a Page, un outil pour normaliser les éléments du travail quotidien et cerner les domaines à améliorer. Le plan d’origine était d’utiliser cet outil pour améliorer le mouvement des patients, mais d’autres aspects qui profiteraient d’une normalisation ont émergé, comme le rôle de l’infirmière ou infirmier responsable et les réunions éclair quotidiennes. Comme le fait observer Lisa Hildebrand, infirmière autorisée et responsable clinique, « nous voulions aussi que le travail effectué au sein de l’unité soit normalisé, indépendamment, entre autres, du jour de la semaine ou de la personne qui travaillait ce jour‑là ».

Si les équipes de projet apportent de tels résultats concrets à l’organisation, les membres de l’équipe sont eux aussi transformés par les compétences de leadership qu’ils développent au DWHLI.

Pour citer Terence Hedley, infirmier autorisé et analyste en informatique clinique à l’Ontario Shores Centre for Mental Health Sciences, « mon expérience à l’Institut m’a aidé à chercher de nouvelles façons d’aborder des problèmes complexes et à repousser les limites avec plus de confiance ».

Le projet 2017 à Ontario Shores, un hôpital pour personnes atteintes de maladies mentales graves et complexes, avait pour but de chercher de meilleures façons de gérer des patients parfois agressifs ou à risque de le devenir.

D’après Naveen Lobo, infirmier en soins médico-légaux, « l’organisation cherchait des possibilités de renforcer la sécurité et d’offrir davantage de soutien aux membres du personnel traumatisés à la suite d’un code blanc ». Par ailleurs, souligne Christopher Kask, infirmier autorisé, « la philosophie de notre hôpital est centrée sur le rétablissement. Donc, en plus d’améliorer nos interventions, nous voulions aussi en réduire l’effet néfaste sur les patients, pour les aider dans leur rétablissement ».

Avec le soutien de la haute direction, l’équipe a élaboré deux scénarios de code blanc, basés sur leur expérience clinique dans les unités de gériatrie, de soins médico-légaux et de neuropsychiatrie. Les objectifs étaient de promouvoir des stratégies de désescalade pour les patients en crise et d’utiliser des lignes directrices sur les pratiques exemplaires pour aider le personnel de première ligne ayant peu d’expérience de ces situations à s’y préparer.

Grâce à ce travail, les membres du personnel peuvent maintenant participer à des formations mensuelles simulant un code blanc. Ces séances permettent aux participants de se perfectionner en milieu sûr et de mieux comprendre les divers rôles que doivent remplir les membres du personnel en cas de code blanc.

L’aspect peut-être le plus apprécié des projets de DWHLI est que les diplômés continuent longtemps de se perfectionner et d’appliquer ce qu’ils ont appris.

Le programme 2018 de l’Institut sera offert du 22 au 25 mai au BMO Institute for Learning à Toronto, en anglais, sur le thème de l’exercice courageux du leadership dans un environnement complexe. Pour obtenir de plus amples renseignements, consulter healthleaders.ca.

comments powered by Disqus