Votre opinion

mars - avril 2018   Commentaires

Transformation proposée : enfin!

La jubilation – c’est le mot qui décrit le mieux ma réaction à la lecture des commentaires inspirants et courageux du directeur général et de la présidente et de la proposition-cadre d’ouvrir l’AIIC à de nouveaux groupes dans le but qu’elle représente toutes les infirmières et tous les infirmiers.

Ce numéro m’a rappelé une conversation, il y a plus de 20 ans, avec une collègue infirmière autorisée qui travaillait dans le milieu hospitalier, très hiérarchique, et qui me parlait de sa solitude et de son sentiment d’être rejetée et de ne rien valoir. Malheureusement, c’est ce que continuent de vivre plusieurs de mes collègues actuelles dans le milieu universitaire, non moins hiérarchique. Ces infirmières et infirmiers autorisés et auxiliaires autorisés sont souvent vus comme les parents pauvres de leurs collègues préparés par un baccalauréat, une maîtrise ou un doctorat. Il est troublant de voir que leurs qualifications obtenues de haute lutte sont souvent considérées comme sans valeur, et qu’ils trouvent porte close malgré leurs années de pratique professionnelle assidue comme cliniciens et éducateurs.

Je vais continuer d’espérer un avenir plus inclusif pour la profession. En effet, l’avenir de la profession infirmière est entre ses mains! Ne perdons plus de temps à discuter des mérites de la pratique intraprofessionnelle. Nous sommes bien placés, ayant plaidé depuis longtemps pour la collaboration interprofessionnelle, pour savoir combien les modèles axés sur la collaboration et l’inclusion sont importants pour la santé et le bien-être de ceux que nous soignons. Nous avons tous un rôle à jouer pour améliorer les espaces relationnels que nous occupons en tant que collègues infirmières et infirmiers, quel que soit notre rang ou notre titre, si nous voulons arriver aux changements que nous souhaitons pour l’avenir.

Bravo et encore bravo à notre association professionnelle nationale pour le puissant leadership dont elle a fait preuve en entreprenant cette transformation audacieuse.

– R. Anne Springer, Ph. D., M. Sc. inf., B. Sc. inf., inf. aut.
Saskatoon (Sask.)

Bravo aux infirmières et infirmiers de la Colombie-Britannique d’avoir unifié leurs professions (Perspectives, janvier-février). Je suis heureuse d’apprendre que l’AIIC va aller dans le même sens, et je suis sûre que les délégués appuieront énergiquement l’expansion et l’inclusion.

Je me souviens encore du jour où j’ai appris que les infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés ne feraient plus partie de la Saskatchewan Registered Nurses’ Association. À l’époque, j’étais jeune et infirmière autorisée débutante, mais j’étais aussi fière d’être une ancienne infirmière auxiliaire autorisée. C’était très contrariant, je me suis sentie vraiment rejetée.

J’ai hâte d’en savoir plus sur la préparation de l’expansion et de l’inclusion.

– Judy Metcalfe, B. Sc. inf., inf. aut., CST(C)
Saskatoon (Sask.)


Recherchées : personnes extraordinaires pour Profil

Qui parmi vos collègues ou vos mentors est une source d’inspiration pour vous? Nous voulons dresser le profil de personnes dont l’histoire pourrait motiver et toucher nos lecteurs. Des chefs de file ou des infirmières ou infirmiers « ordinaires » qui font des choses extraordinaires. Envoyez-nous une description, la plus détaillée possible, de quelqu’un de remarquable. Son profil pourra être lu par nous tous!

redacteur@infirmiere-canadienne.com

Veuillez indiquer Nurse to Know/Profil comme objet de votre courriel.

comments powered by Disqus