Des délégués du Parti libéral et du NPD en phase sur les politiques de santé dans trois domaines

mai - juin 2018   Commentaires

À l’approche des prochaines élections fédérales, prévues pour octobre 2019, le Nouveau parti démocratique du Canada et le Parti libéral du Canada ont tous deux eu leur congrès national, les 16-18 février et 19-21 avril, respectivement.

La rencontre du NPD, organisée à Ottawa, était la première pour le chef du parti, Jagmeet Singh, qui n’a pas de siège à la Chambre des communes. Ancien chef adjoint du NPD et député provincial, il a été choisi comme chef national lors du congrès à la direction du parti en octobre 2017. Le Congrès sur les politiques du Parti libéral, organisé à Halifax, était le troisième pour le premier ministre Justin Trudeau. Il est à la tête de son parti depuis sa victoire dans la course à la direction d’avril 2013.

Pendant ces congrès, les délégués se sont penchés sur les résolutions de politiques proposées à l’avance par des membres du parti. Les résolutions portaient sur des domaines très divers, dont beaucoup ont des incidences sur la santé et les soins de santé. À la fin des délibérations, le NPD avait adopté 55 résolutions; le Parti libéral, de son côté, en a adopté 15. Chaque parti mettra en œuvre ses propres processus pour déterminer s’il réalisera ces résolutions et, le cas échéant, de quelle manière.

Les deux partis ont adopté des résolutions dans trois grands domaines des politiques de santé.

Assurance-médicaments universelle

Dans sa résolution sur un programme d’assurance-médicaments universelle, le NPD en appelle à la modification du fonds de politique du parti, préconisant d’« étendre notre système de soins de santé public pour inclure un accès gratuit aux médicaments pour tous les Canadiens au moyen d’un programme universel d’assurance-médicaments ».

Dans leur résolution, les Libéraux demandent au gouvernement fédéral d’« établir […] un régime public d’assurance médicaments universel à payeur unique fondé sur des données probantes et un financièrement durable ». Si elle voit le jour, cette résolution exigera une modification à la définition des services couverts en vertu de la Loi canadienne sur la santé, pour ajouter : « médicaments sur ordonnance prescrits par un praticien autorisé conformément à un formulaire établi. »

Crise des opioïdes : Une approche de santé publique

Dans sa résolution, le NPD demande au gouvernement fédéral de déclarer la crise des opioïdes comme une situation d’urgence nationale, de fournir des ressources et un soutien additionnel en termes de santé mentale aux travailleurs de première ligne et aux premiers intervenants et d’augmenter immédiatement le nombre de sites d’injection supervisée partout au Canada. Par ailleurs, il « encourage fortement la mise au point de médicaments pour prévenir et corriger les troubles liés à l’utilisation d’opioïdes, ainsi que les médicaments pour le traitement sûr et efficace de la douleur sans engendrer de dépendance ».

Il demande en outre dans sa résolution que le parti « préconise la fin de la criminalisation de la possession personnelle de toute drogue, une réglementation efficace par l’intermédiaire du système de soins de santé et un virage vers le traitement de la toxicomanie comme une question de justice sociale ».

La résolution libérale comporte un appel au gouvernement fédéral pour qu’il « traite l’abus de drogues comme un problème de santé, développe des services de désintoxication et de réduction des méfaits et requalifie la possession et la consommation de faibles quantités de drogues en infractions administratives ».

Juste avant le Congrès, le premier ministre Trudeau et la ministre de la Santé Ginette Petitpas Taylor ont pris position contre la décriminalisation des drogues illicites.

Santé mentale

La résolution du NPD est une demande au parti pour qu’il « rencontre les militants et les organismes de santé mentale pour élaborer une stratégie précise pour la santé mentale » avant les prochaines élections. On y demande également la création d’une sous-section distincte du cahier des politiques du parti portant spécifiquement sur la santé mentale.

Dans sa résolution, le Parti libéral exhorte à la modification de la Loi canadienne sur la santé et à l’établissement d’un cadre national, en consultation avec les gouvernement provinciaux et territoriaux et les groupes autochtones, pour faire en sorte que les soins de santé mentale soient inclus dans le régime public d’assurance maladie. Il est également stipulé dans la résolution que soit créé un programme pilote pour « évaluer l’efficacité des partenariats communautaires dirigés par des professionnels en santé mentale et en soins primaires dans chaque région du Canada pendant une période maximale de cinq ans, et qu’un rapport sur l’efficacité, les coûts et les résultats soit soumis chaque année à la Chambre des communes ».

Autres grandes résolutions de politiques concernant la santé

Chacun des partis a adopté ses propres résolutions sur les questions de santé.

Les délégués du NPD ont demandé au parti de plaider pour l’ajout d’une couverture universelle de tous les soins dentaires médicalement nécessaires au système public canadien de soins de santé.

Les délégués libéraux ont quant à eux exhorté Ottawa à créer un ministère spécial pour les aînés. Il aurait pour mandat de mettre en place des mesures comme la création d’une stratégie nationale pour les aînés et de servir de trait d’union entre les divers gouvernements dans des domaines comme le logement, la sécurité du revenu, les soins à domicile et les soins de longue durée, l’assurance-médicaments, l’isolement social et la maltraitance des personnes âgées. « L’établissement de normes nationales et la surveillance des programmes destinés aux aînés » ferait également partie du mandat du nouveau ministère.

Deux congrès nationaux de politiques sont prévus pour l’automne. Le Parti conservateur du Canada se réunira à Halifax (23-25 août) et le Parti Vert du Canada, à Vancouver (28-30 septembre).

David Granovsky, M.A.

David Granovsky, M.A., est responsable des relations gouvernementales à l’AIIC.

comments powered by Disqus