Tracer notre voie vers 2020

mai - juin 2018   Commentaires

Au lendemain d’une Semaine nationale des soins infirmiers réussie où nous avons salué l’apport des infirmières et infirmiers à la santé et au bien-être des Canadiens, il est beaucoup question à l’AIIC des célébrations de 2020 pour marquer le 200e anniversaire de la naissance de Florence Nightingale, un évènement très attendu.

Pour fêter comme il faut cette date historique, l’AIIC souhaite avoir en place les grands éléments d’une Association transformée, affirme Mike Villeneuve, directeur général.

L’Association, qui est la voix de la profession infirmière au niveau national, est en train de tracer une voie nouvelle. Avec le vieillissement et l’évolution de notre société, les besoins de la population en matière de santé changent aussi, tout comme la manière dont les soins de santé sont prodigués – d’où une évolution des types de fournisseurs de services requis et de leurs champs de pratique. Non seulement l’AIIC doit-elle être prête à dialoguer avec les décideurs et les parties concernées, mais elle doit aussi être prête à prendre la tête de nombreux dossiers de politiques de santé cruciaux.

Si l’on regarde en arrière…

Pour mettre en perspective l’impulsion derrière ces changements, il suffit de réfléchir à l’histoire de l’AIIC.

L’Association a été créée en octobre 1908, juste avant l’ère de la réglementation des soins infirmiers. Le déclencheur était la possibilité de devenir membre du Conseil international des infirmières. Pendant ses 20 premières années, établir les structures réglementaires de la profession infirmière pour protéger le public était l’un des grands axes du travail de l’AIIC, en partenariat avec ses membres.

L’AIIC est ainsi devenue la maison du personnel infirmier autorisé – le seul à être réglementé à l’époque. C’est toujours resté ainsi, même si l’Association a joué un rôle central dans les années 1940 pour promouvoir l’éducation et la pratique des infirmières et infirmiers auxiliaires. Ce groupe deviendrait par la suite les infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés et serait éventuellement réglementé.

La pratique professionnelle des soins infirmiers a toujours été au centre des activités de l’Association et cela inclut maintenant la pratique avancée, avec des liens avec de nombreux domaines de pratique spécialisés. Au début, cependant, l’AIIC s’occupait de beaucoup plus de domaines, y compris les politiques de réglementation, la formation des infirmières et infirmiers, les questions concernant les milieux de travail, les toutes premières recherches en sciences infirmières et, bien sûr, les politiques publiques et de soins infirmiers qui définissent encore aujourd’hui l’Association.

Les rôles, missions et attentes de l’AIIC ont beaucoup varié au cours du siècle dernier. L’organisation que nous connaissons maintenant sous le nom d’Association canadienne des écoles de sciences infirmières était au départ une division de l’AIIC. À certains moments, elle en a fait partie, à d’autres, non, et elle a fini par devenir une association distincte et indépendante.

De la même manière, au fil des décennies, l’AIIC a mené de nombreuses activités touchant au bien-être socio-économique du personnel infirmier. Des syndicats d’infirmières et infirmiers ont commencé à se constituer à travers le pays dans les années 1970 et 1980 et la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et infirmiers a fini par s’attribuer cet espace.

Pour les deux dernières générations, c’était à l’AIIC que l’on passait l’EAIC, l’examen d’accès à la profession qui était commun à tout le personnel infirmier au Canada (à l’exception du Québec). Les organismes de réglementation de la profession infirmière ont décidé de ne plus utiliser cet examen à compter de 2015, ce qui a marqué la fin des liens formels de l’AIIC avec le monde des politiques de réglementation. L’Association continue cependant de superviser les examens de 21 spécialités et s’emploie à assurer une pratique infirmière sûre, compétente, efficace et gratifiante.

« Ce qui reste, c’est le rôle d’association professionnelle de l’AIIC », précise M. Villeneuve. Les syndicats, les organismes de réglementation et les associations professionnelles ont chacun leur rôle : les syndicats soutiennent le personnel infirmier et améliorent ses conditions de travail; les organismes de réglementation servent et protègent le public; les associations professionnelles font progresser la profession et améliorent la santé. « L’AIIC continue de se concentrer sur les services attendus d’une association professionnelle. »

L’AIIC aujourd’hui

Les Canadiens, les gouvernements et les dirigeants des systèmes de santé tiennent, à juste titre, à voir de la collaboration au sein des soins de santé et à l’extérieur, et les modèles de soins interprofessionnels deviennent la norme. Un manque d’unité et de collaboration au sein de la profession infirmière a eu des retombées néfastes pour la pratique, les organisations et les systèmes. Pour réussir dans notre collaboration interprofessionnelle, une collaboration intraprofessionnelle est nécessaire.

L’AIIC voit une occasion stratégique pour le personnel infirmier de combiner ses voix au sein d’une association professionnelle nationale unie. « Nous voyons l’AIIC comme le carrefour de la profession infirmière au Canada », dit M. Villeneuve.

L’Association prévoit d’ouvrir ses portes à d’autres membres que les infirmières et infirmiers autorisés et praticiens en changeant sa structure pour pouvoir inviter les organisations représentant les infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés et psychiatriques autorisés à devenir membres de l’Association.

« Collectivement, nous pouvons choisir de transformer l’AIIC en ouvrant nos portes à de nouveaux membres qui peuvent nous aider à bâtir et entretenir un partenariat solide de groupes infirmiers au sein d’une association professionnelle nationale unique. Ou bien nous pouvons faire l’inverse en refermant nos portes et perdre cette occasion pour l’AIIC d’unir véritablement les voix de tout le personnel infirmier », dit le directeur général.

À l’assemblée annuelle des membres, le 18 juin à Ottawa, les délégués votants décideront d’adopter ou de rejeter cette proposition historique, soutenue à l’unanimité par le conseil d’administration de l’AIIC.

Nouvelles orientations

Quelle que soit l’issue du vote, l’AIIC poursuit à fond sa transformation tout en restant une association nationale solide dont le travail est axé sur la pratique professionnelle, les politiques et la défense des droits et le leadership.

Un système de gestion de l’apprentissage sera bientôt en place pour offrir des cours de formation professionnelle continue de premier ordre, et un programme d’agrément a déjà été lancé. La certification dans les spécialités s’ouvre à d’autres groupes infirmiers; la première étape sera un nouvel examen de certification en gérontologie conçu pour le champ de pratique des infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés.

« Pour fêter cet anniversaire historique en 2020, nous pensons que c’est un très beau cadeau à faire aux Canadiens : une association nationale de la profession infirmière restructurée, plus inclusive, ainsi que solide et viable au plan financier, dit M. Villeneuve. Nous sommes sur la bonne voie et nous nous en réjouissons. »

Notre histoire Notre avenir
Infirmières et infirmiers autorisés Personnel infirmier
Fondée pour que le Canada puisse faire partie du Conseil international des infirmières Existe pour soutenir le personnel infirmier, les soins infirmiers et les partenaires afin de parvenir à une meilleure santé et des soins meilleurs et plus abordables pour les Canadiens
La voix professionnelle nationale des infirmières et infirmiers autorisés au Canada La voix professionnelle nationale et mondiale des soins infirmiers canadiens
Vaste mandat Concentration plus étroite sur la pratique professionnelle, les politiques et la défense des droits et le leadership
Grande équipe à Ottawa Équipe plus petite à Ottawa, avec des spécialistes et chercheurs invités
Documentation papier, réunions en personne Stratégies numériques, plus de rencontres virtuelles, programmes et services accessibles
comments powered by Disqus