nov. 04, 2019
Par Agnes Mitchell , Winston Bui

Services aux sans-abri : la stratégie de promotion de la santé d’étudiantes et d’étudiants en sciences infirmières

Gracieuseté de Homeless Connect

Messages à retenir

  • Des étudiantes et étudiants témoignent de leur détermination à mieux connaître une population vulnérable et variée et à la servir en dehors de leurs activités académiques.
  • Grâce à une activité de promotion de la santé dont ils ont eu l’initiative, des étudiantes et des étudiants acquièrent de l’expérience en leadership avec leurs pairs et le corps professoral.
  • Des conversations approfondies avec des personnes vulnérables d’horizons divers donnent à des étudiantes et étudiants en sciences infirmières le désir de travailler avec ces populations après leurs études.

Contexte

Les sans-abri sont à la fois visibles et invisibles. Au Canada, chaque année, au moins 235 000 Canadiennes et Canadiens sont en situation d’itinérance (Gaetz, Dej, Richter et Redman, 2016). En 2018, en Alberta, 5 735 personnes étaient sans-abri, dont 1 194 à Edmonton (Turner Strategies, 2018). En automne 2018, 2 300 personnes, dont des familles qui étaient sans-abri ou à risque de l’être, ont participé à Homeless Connect, une rencontre qui a lieu deux fois par an à Edmonton. Homeward Trust Edmonton, une organisation sans but lucratif, a pour mission de mettre un terme à l’itinérance. Depuis 2009, Homeward Trust organise ces rencontres Homeless Connect, qui proposent des services gratuits, essentiels, favorisant un sentiment de dignité et offerts par 70 organisations communautaires (services aux Autochtones et services sociaux, aide juridique, soins dentaires et podologiques, coiffure et photos de famille entre autres). C’est le plus grand rassemblement canadien qui a pour but d’aider les personnes sans abri ou à risque de l’être et de renforcer leur autonomie.

Au printemps 2015, Cat Wilde, étudiante de 4e année au B. Sc. inf. à l’Université MacEwan, a regroupé des étudiants et des professeurs pour qu’ils tiennent un stand de promotion de la santé à Homeless Connect. Un an plus tard, l’un de ses services, la clinique de podologie, cherchait des bénévoles. Des étudiants se sont proposés, et ils continuent d’organiser le stand de promotion de la santé, de diriger ses activités et de travailler bénévolement dans les cliniques de podologie pour les sans-abri aux rencontres Homeless Connect, en plus de leurs cours et de leur programme d’études.

Points saillants

Cette activité bénévole à l’initiative des étudiants et dirigée par eux est pour tous les étudiants une occasion d’entrer en contact avec une population vulnérable et variée. De plus, étudiants et professeurs se renseignent ainsi sur les diverses organisations communautaires d’Edmonton. C’est leur enthousiasme qui motive les étudiants à dialoguer avec des sans-abri au stand de promotion de la santé. Ils se servent des compétences relationnelles nécessaires dans leur pratique pour établir un rapport solide avec ces personnes. De telles interactions permettent aux étudiants d’entendre les sans-abri sur leur parcours de vie et leurs inquiétudes au quotidien, et de se sensibiliser aux effets négatifs de l’itinérance sur la santé. Par ailleurs, les étudiantes et étudiants font du réseautage avec des fournisseurs d’autres services communautaires afin de promouvoir leurs services. Ainsi, pour les rencontres qui ont lieu à l’automne, des étudiantes et étudiants circulent dans les groupes avec une affiche encourageant les gens à se faire vacciner contre la grippe pour promouvoir les services d’une organisation qui offre ce service.

Pendant ces rencontres et le reste du temps, étudiantes et étudiants acquièrent des compétences en administration, en leadership et en travail d’équipe, ou les perfectionnent, au moyen d’activités comme le recrutement d’autres étudiants en sciences infirmières, la gestion de projets et la rédaction de rapports sur les rencontres pour les diffuser dans la Faculté de Sciences infirmières. Les étudiants sont heureux de travailler avec des membres du corps professoral. Le travail avec cette population vulnérable tient beaucoup à cœur aux professeurs qui participent bénévolement à ces activités. Un autre moment fort est la rencontre avec des diplômés de l’école de Sciences infirmières qui travaillent pour des organismes communautaires. Ce sont des modèles importants pour ceux et celles qui sont encore aux études.

Mise en œuvre et enseignements tirés

Les étudiantes et les étudiants forment une équipe de direction qui change d’année en année, en fonction des besoins et des capacités des étudiants. Ils peuvent assumer divers rôles au sein de l’équipe, entre autres la direction de l’équipe, la coordination des bénévoles, le marketing et la trésorerie. Cette équipe doit entre autres rédiger la demande à Homeward Trust pour obtenir un stand de soins de santé (tables, chaises et espace), recruter des étudiantes et étudiants, planifier l’horaire, veiller à ce que tout le monde remplisse les formulaires de la Commission des accidents du travail pour l’Université MacEwan (responsabilité), préparer un budget, faire une demande au Centre de simulation clinique pour obtenir de l’équipement de laboratoire (comme des brassards de tensiomètre et des glucomètres), assurer l’orientation des étudiants avant les activités et rédiger des rapports sur les rencontres. Ces rapports documentent le nombre d’étudiants et de professeurs qui ont participé, le budget et le nombre de sans-abri qui sont venus au stand de promotion de la santé.

De g. à d. : Katy Offenberger, Charlotte James, Winston Bui, Cat Wilde et Zack Sokolan

Depuis le début, on a procédé par tâtonnements en se concentrant sur la résolution de problèmes entre les rencontres et pendant. Pour la première rencontre, 40 étudiants et 8 membres du corps professoral ont participé au stand de promotion de la santé. L’enthousiasme de l’équipe du stand était remarquable. Au fil des ans, nous avons appris à tenir le stand de promotion de la santé avec 8 étudiantes et étudiants qui sont là pour des périodes de 3 heures, en plus de l’équipe de direction composée d’étudiants. Le bénévolat suscite un tel intérêt parmi les étudiantes et étudiants que tous les candidats ne peuvent pas participer. Les étudiants sont choisis dans toutes les années du programme de B. Sc. inf. L’expérience nous a enseigné que 28 bénévoles environ est un nombre gérable, nos tentatives avec plus de bénévoles ayant été chaotiques. Nous avons réduit le nombre de professeurs à 2 ou 3 pour les deux permanences de 3 heures chacune. Nous avons aussi changé la tenue des bénévoles, car les étudiantes et étudiants en tenue infirmière étaient pris pour des infirmières et infirmiers autorisés. Nous fournissons maintenant des t-shirts Homeless Connect que les bénévoles portent avec des pantalons de tenue infirmière et un porte-nom indiquant qu’ils sont étudiants.

D’année en année, les activités de promotion de la santé choisies par les étudiantes et les étudiants ont évolué. Au début, ils prenaient la température des enfants, apprenaient aux parents quoi faire quand leurs enfants avaient de la fièvre et distribuaient des dépliants sur les soins des pieds et la nutrition pour les diabétiques. Pour susciter l’intérêt des familles, ils donnaient des crayons, des albums de coloriage et des autocollants aux enfants. Les fournitures et l’équipement changeaient au fil des activités en fonction des commentaires et de la demande. Ainsi, une année, nous avions des pansements adhésifs et des bonbons sans sucre, mais l’année suivante, nous avons apporté plus d’autocollants, car ils plaisaient aux enfants et aux parents. Le matériel nécessaire a lui aussi évolué en fonction de l’expérience.

Les étudiantes et étudiants en sciences infirmières interviennent en équipe de deux, l’un étant en première ou deuxième année et l’autre en dernière année, et ils circulent dans le vaste centre de conférences pour parler avec des sans-abri. Ils transportent des dépliants de promotion de la santé et des pancartes « Tests de glycémie » et « Contrôles de la pression artérielle » pour sensibiliser les gens à ces services et à leur accessibilité.

L’équipe étudiante a fini par cesser d’imprimer ces dépliants éducatifs, car ils coûtaient cher et étaient peu efficaces avec les sans-abri. L’équipe de direction a décidé qu’une conversation approfondie avec ces derniers était plus bénéfique, pour les uns comme pour les autres, que la distribution de dépliants trop nombreux. Avec ce changement, le budget nécessaire pour ce projet est passé d’environ 150 $ à 50 $ par rencontre. La Faculté de Sciences infirmières et le bureau de l’Association des étudiant(e)s infirmier(ère)s du Canada (AEIC) de l’Université MacEwan ont fait des dons en espèce qui ont été grandement appréciés, et le Centre de simulation clinique de MacEwan a prêté de l’équipement.

Pendant l’automne 2016, des étudiantes et des étudiants ont commencé à aider à la clinique de soins podologiques. Lors du recrutement des bénévoles, ces derniers peuvent choisir entre la clinique de soins podologiques et le stand de promotion de la santé. La clinique de soins podologiques est gérée par des infirmières et infirmiers autorisés qui recrutent des fournisseurs de soins de santé autorisés (médecins, ergothérapeutes et personnel infirmier). Il a fallu définir le rôle et les tâches des étudiants à la clinique de soins podologiques. Pour des raisons de responsabilité, il a été déterminé qu’ils n’étaient pas autorisés à fournir des soins podologiques de base, ceux-ci ne pouvant être offerts que par des fournisseurs de soins de santé autorisés. On a donc décidé que les étudiantes et étudiants pouvaient laver les pieds des sans-abri qui, après triage, devaient voir un podologue. Le plus souvent, il y a trois étudiants ou étudiantes qui sont là pour un quart de trois heures.

Un membre du corps professoral soutient l’équipe de direction étudiante, l’assiste et la stimule dans la gestion de ce projet bénévole. Il recrute d’autres collègues pour aider les étudiantes et les étudiants pendant les rencontres. Il veille aussi à ce que la transition entre les équipes de direction se fasse sans accroc.

Résultats

Chacun de ces rassemblements est porteur d’enseignements pour les étudiants et les professeurs et donne des idées de pratiques pour la suite. Ainsi, à l’un des rassemblements, une femme s’est plainte des commentaires déplacés de certains fournisseurs de service par rapport à ses poux de tête, et elle a été orientée vers un organisme communautaire autochtone pour obtenir de l’aide. Ces moments sont cruciaux pour les étudiants et les professeurs, car ils les poussent à réfléchir et à adapter leur pratique infirmière pour l’avenir.

Environ 270 étudiantes et étudiants ont participé aux neuf dernières éditions de Homeless Connect. Généralement, 26 étudiantes et étudiants et 4 ou 5 membres du corps professoral participent bénévolement à chaque rencontre. Les étudiantes et étudiants établissent des réseaux avec à peu près 5 organismes communautaires. Environ 150 à 160 sans-abri se soumettent à un test de glycémie, et 50 à 60 font contrôler leur pression artérielle.

Les étudiantes et étudiants infirmiers bénévoles à la clinique de podologie travaillent avec une équipe interdisciplinaire qui fournit des soins des pieds à environ 175 sans-abri. Ils lavent les pieds d’une cinquantaine d’entre eux avant qu’ils ne voient les praticiens en soins podologiques avancés. Les organisateurs de la clinique sont reconnaissants aux étudiants pour leur contribution.

Le résultat le plus significatif de ce projet continu est que certains de ces étudiants choisissent des carrières dans des organismes qui servent les sans-abri. Étudiantes et étudiants deviennent plus conscients des possibilités d’exercer dans des milieux de pratique très divers. Parmi les autres résultats importants, on citera la fierté des étudiantes et des étudiants de diriger et gérer un projet de bénévolat communautaire, le fait qu’ils soient prêts à travailler avec une population vulnérable et diverse et leur réseautage avec des organismes communautaires.

Prochaines étapes

L’administration de ce projet passe formellement au bureau local de l’AEIC pour renforcer sa stabilité et sa pérennité en dépit de la succession des équipes de direction étudiantes. Une première réunion a eu lieu, et des bénévoles ont été identifiés qui constitueront l’équipe de direction à partir de l’automne 2019. Les principes seront maintenant les suivants : a) veiller à ce que le projet demeure simple et facile à organiser et à gérer par des étudiants et pour eux; b) veiller à ce l’équipe soit constituée d’étudiantes et d’étudiants de toutes les années; c) veiller à ce que des professeurs assurent une supervision directe des activités lors des rassemblements.

Remerciements : Cat Wilde était étudiante de 4e année quand, au printemps 2015, elle a créé ce projet pour les étudiants et les professeurs. Nous remercions tout particulièrement le bureau local de l’AEIC pour son soutien financier, le Centre de simulation clinique pour l’équipement prêté, et la Faculté de Sciences infirmières pour son soutien financier.

Références

Gaetz, S., Dej, E., Richter, T. et M. Redman. The state of homelessness in Canada 2016. Toronto, Canadian Observatory on Homelessness Press, 2016. ISBN: 978-1-77221-057-6.

Homeless Connect Edmonton. Home Page, 2019.

Homeward Trust Edmonton. Home Page, 2019.

Turner Strategies. 7 cities on housing and homelessness: 2018 Alberta Point-in-Time Homeless Count Technical Report, 2018.

Agnes Mitchell, M. Sc. inf., inf. aut., est professeure adjointe à l’Université MacEwan, à Edmonton (Alb.).

Winston Bui est étudiant de 4e année du programme de B. Sc. inf. à l’Université MacEwan, à Edmonton (Alb.).
comments powered by Disqus
https://infirmiere-canadienne.com/fr/articles/issues/2019/novembre-2019/services-aux-sans-abri-la-strategie-de-promotion-de-la-sante-detudiantes-et-detudiants-en-sciences-infirmieres