nov. 26, 2020
Par Barb Shellian

Infirmières et infirmiers, prenez soin de vous, car vous incarnez l’espoir pendant cette pandémie qui s’éternise

istockphoto.com/centralitallianceLe public a salué le personnel infirmier pour son leadership pendant la pandémie : il soigne les gens dans les hôpitaux et dans la communauté, conçoit des plans et élabore des politiques. Les infirmières et les infirmiers incarnent l’espoir, la compétence et la compassion.

Des amis masqués à l’épicerie. Des familles qui voient leurs proches à travers une vitre dans les établissements de soins de longue durée. Des infirmières et des infirmiers dans leur équipement de protection individuelle. Des enfants privés de fête d’anniversaire. Des responsables de la santé publique qui nous donnent des chiffres décourageants.

Ce sont là les visages de la COVID‑19, et ils font désormais partie de notre quotidien. En tant que société, nous commençons à nous fatiguer, la solitude nous pèse, et nous voulons que ça s’arrête. Nos experts scientifiques nous disent que c’est un marathon, pas un sprint, et nous soupirons tous d’épuisement. Autour de nous, on parle de l’impact de la pandémie sur la santé mentale, et nous nous reconnaissons tous dans ces propos. L’hiver sera long et peut-être meurtrier.

Alors, que faire? Aller de l’avant est notre seule option. Par contre, nous pouvons choisir comment.

Le public a salué le personnel infirmier pour son leadership pendant la pandémie : il soigne les gens dans les hôpitaux et dans la communauté, conçoit des plans et élabore des politiques. Les infirmières et les infirmiers incarnent l’espoir, la compétence et la compassion.

Le personnel infirmier continuera d’assurer des soins pendant la suite de la pandémie, mais on ne saurait trop souligner l’importance de prendre soin de soi et de sa santé mentale. Ce n’est pas du jargon professionnel ou des paroles en l’air, il faut le faire.

Nous savons toutes et tous ce que veut dire prendre soin de soi parce que nous en parlons sans cesse à nos patients. Mais, maintenant plus que jamais, nous devons prendre soin de nous-mêmes de façon délibérée. Avec la pandémie, nous n’avons pas accès à certaines activités qui nous faisaient du bien. Concerts, spectacles de danse, chorales, dîners rassemblant de nombreux convives, exercice en salle avec des amis : tout cela n’est pas possible en ce moment, mais il reste encore beaucoup de façons de prendre soin de soi.

Lire un bon livre au calme, essayer une nouvelle recette, faire du yoga, pratiquer la pleine conscience, aller marcher en forêt : voilà autant d’excellentes distractions en période de stress; à vous de choisir celle que vous préférez. L’important est de vous distraire, d’enlever votre casquette d’infirmière ou d’infirmier.

Ce que je remarque, plus que jamais, c’est l’importance de parler de son stress, de dire à ses proches et à ses collègues comment on se sent et de se faire aider par des professionnels lorsque nécessaire. Je sais ce que c’est d’éclater en larmes au travail, une expérience qui m’a surprise, car je me considère comme quelqu’un de résilient (vous savez bien, la fille de la Saskatchewan qui a grandi dans une ferme et tout ça…).

Je me rends compte, cependant, que ce sale virus est plus qu’un phénomène physiologique; le stress et la vigilance de tous les instants affectent notre bien-être mental. Je veux « être là » pour mes patients et agir en leader pendant la pandémie, et je sais donc que je dois prendre soin de moi-même, c’est aussi simple que ça. Me défouler au piano, téléphoner à mes sœurs, parler avec mes nièces et mes neveux sur Zoom : toutes ces activités font de moi une meilleure personne, une meilleure chef de file en soins infirmiers.

Mon mantra personnel en matière de leadership est « Sois préparée, sois résiliente, sois déterminée et sois toi-même ». Pour l’infirmière que je suis, il a pris tout son sens pendant cette pandémie. La COVID‑19 a aussi d’autres visages : les gens qui quittent l’hôpital guéris, les bébés qui viennent au monde, les sourires reconnaissants derrière les masques, et puis il y a ces familles qui nous étreignent à distance, ce patient palliatif qui serre notre main dans la sienne et ces coups de klaxon pour nous remercier dans un site de dépistage à l’auto. C’est cette appréciation qui nous fait revenir au travail jour après jour.

Nous sommes fatigués, mais nous sommes résilients, et nous traverserons cette pandémie. Je sais que le personnel infirmier de la COVID‑19 incarne la compétence, la sensibilité, la compassion, la réflexion, la curiosité et la détermination. Prenez soin de vous, soyez bienveillants et soyez prudents.

Rédactrice en chef, Barb Shellian est infirmière autorisée, et la pratique infirmière, la réforme des soins de santé et les gens lui tiennent à cœur. Présidente sortante de l’Association des infirmières et des infirmiers du Canada, elle est aussi directrice de la Santé rurale pour Services de santé Alberta, région de Calgary. Elle vit et travaille à Canmore, en Alberta.

comments powered by Disqus
https://infirmiere-canadienne.com/fr/articles/issues/2020/novembre-2020/infirmieres-et-infirmiers-prenez-soin-de-vous-car-vous-incarnez-lespoir-pendant-cette-pandemie-qui-seternise