oct. 05, 2020
Par Louise Bradley

Être vulnérable, c’est être héroïque : conseils au personnel infirmier qui traverse une pandémie

(en anglais seulement)

Note de la rédaction : infirmière canadienne a récemment interviewé Louise Bradley, présidente-directrice générale de la Commission de la santé mentale du Canada. Pour l’écouter raconter son histoire, visionnez la vidéo ci-dessus (en anglais seulement), ou lisez l’article condensé ci-dessous.

Louise Bradley a beaucoup appris sur le leadership au cours de ses nombreuses années de travail comme infirmière. « En tant qu’infirmière ou infirmier, dit-elle, on utilise plusieurs compétences parce qu’on est exposé à toutes sortes de situations. »

L’expérience de Mme Bradley en matière de santé mentale a commencé pendant l’enfance, période qu’elle a passée dans diverses familles d’accueil, et s’est poursuivie au cours de ses études supérieures, lorsqu’elle a dû faire front après le suicide de sa meilleure amie. Elle a travaillé pendant presque toute sa carrière dans des établissements de santé mentale, mais elle a sans doute acquis son expérience la plus marquante dans un grand hôpital, où elle a compris que son véritable rôle était de s’attaquer à la stigmatisation associée aux problèmes de santé mentale en milieu de travail.

En quoi la santé mentale est importante

La vulnérabilité est extraordinairement importante, selon Mme Bradley, parce qu’elle permet aux infirmières et infirmiers de raconter leur vécu sans malaise. Quand on cache ses sentiments et ses difficultés, ce n’est bon ni pour soi ni pour ses patients. « Si on ne prend pas soin de sa santé mentale, les soins que l’on offre s’en ressentent. »

Ce que fait la Commission de la santé mentale

Mme Bradley recommande deux cours importants de la Commission de la santé mentale du Canada. Ce sont des versions en ligne, condensées, de deux de ses cours en présentiel les plus appréciés. Beaucoup de membres du corps infirmier et médical ont suivi ces cours en présentiel et les ont trouvés extrêmement utiles.

  • Premiers soins en santé mentale permet de repérer les problèmes de santé mentale et de savoir quoi faire. Tout comme les premiers soins physiques, les premiers soins en santé mentale sont administrés en attendant qu’un traitement approprié soit possible.
  • L’esprit au travail est une évaluation de la santé mentale personnelle. L’idée du programme n’est pas de pathologiser les sentiments que l’on pourrait avoir, mais de renforcer la résilience. L’outil d’évaluation utilise un code de couleur qui permet de voir quand on arrive à un niveau où il faut agir.

Conseils pour les infirmières et infirmiers qui traversent une pandémie

L’idée maîtresse pour Mme Bradley est que la santé mentale est tout aussi capitale que la santé physique. Elle reconnaît néanmoins que pour le personnel infirmier, la préserver peut être complexe. « Voilà pourquoi il faut savoir quand se faire aider. Pendant leurs études et leur formation, les infirmières et infirmiers en viennent à se percevoir comme soignants, et non comme soignés. Il est vraiment difficile d’inverser ces rôles; ils sont intimement liés », affirme-t-elle.

Du fait de la stigmatisation, les infirmières et infirmiers finissent par penser qu’ils doivent être des superhéros en tout temps. Pourtant, la vulnérabilité nous permet de reprendre des forces pour offrir les meilleurs soins possibles. Mme Bradley en est l’illustration vivante.

Louise Bradley, CM, M. Sc, inf. aut., CHE, a consacré sa carrière à l’amélioration de la santé mentale de la population canadienne. Dans son rôle actuel de PDG de la Commission de la santé mentale du Canada, elle a piloté le développement de la toute première stratégie fédérale en matière de santé mentale pour le Canada, lancé l’initiative phare de lutte contre la stigmatisation Changer les mentalités et mis sur pied le centre d’échange des connaissances, qui jouit d’une renommée mondiale.

comments powered by Disqus
https://infirmiere-canadienne.com/fr/articles/issues/2020/octobre-2020/etre-vulnerable-cest-etre-heroique-conseils-au-personnel-infirmier-qui-traverse-une-pandemie