mai 10, 2021
Par Tim Guest

Un an après le début de la COVID-19, la semaine des soins infirmiers donne matière à réflexion et à célébration

istockphoto.com/mediamasmediaLes infirmières et infirmiers de tous les milieux de pratique, bon nombre en situation de crise, jouent un rôle important au Canada et dans le monde en réaction à ce virus mortel.

Au moment où je rédige ce message, nous sommes toujours plongés dans la réalité difficile d’une deuxième Semaine nationale des soins infirmiers à se tenir pendant la pandémie de COVID‑19. Cette pandémie a bouleversé tous les secteurs des soins de santé et a dévoilé notre manque de préparation à l’émergence de maladies infectieuses.

Teckles Photography Inc.« Ensemble, nous pouvons aider l’AIIC à se transformer en une organisation plus robuste qui nous permettra d’unifier la profession et nous portera au cours des 100 prochaines années de leadership infirmier », a déclaré Tim Guest, président de l’AIIC.

Nous avons aussi été publiquement forcés d’admettre, à retardement, l’existence d’un problème de racisme systémique dans notre pays, y compris au sein du système de soins de santé et de la profession infirmière. Nous avons été les témoins honteux de vidéos montrant le manque cruel de professionnalisme des membres racistes de notre profession, notamment le traitement déplorable infligé aux Autochtones lors d’incidents survenus dans des hôpitaux du Québec et de la Colombie‑Britannique.

Récemment, sur les médias sociaux, nous avons été témoin des demandes pressantes d’infirmières et infirmiers en soins intensifs démoralisés qui publient des vidéos visant à informer le public des répercussions dévastatrices de la COVID‑19 sur les patients et sur eux‑mêmes. Le personnel infirmier exhorte le public à suivre les directives de santé publique et à se faire vacciner afin que nous puissions combattre ce virus collectivement. Cependant, le personnel infirmier fait également preuve d’une remarquable endurance et d’un engagement indéfectible envers l’éthique professionnelle et le leadership en continuant à être présent lorsque le public a le plus besoin de nous. Les infirmières et infirmiers s’exposent au danger avec altruisme, au risque de se contaminer et de contaminer leur famille.

Beaucoup de matière à réflexion et à célébration s’offre à nous. L’année dernière, les infirmières et infirmiers ont été sous les feux des projecteurs comme jamais auparavant, de mémoire. J’ai entendu de nombreux témoignages inspirants sur les efforts extraordinaires, dévoués et altruistes de nos collègues en pratique infirmière qui fournissent des soins éclairés, conformes à l’éthique, professionnels et compatissants aux patients et aux familles dévastés par un virus qui était inconnu de nous tous il y a un peu plus d’un an.

Les infirmières et infirmiers de tous les milieux de pratique, bon nombre en situation de crise, jouent un rôle important au Canada et dans le monde en réaction à ce virus mortel. Nous avons démontré la valeur que nous apportons au système de santé, et cette valeur est reconnue.

Ce qu’a fait l’AIIC pour réagir à la COVID-19

Cette année, l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) a choisi le thème #Nousrépondonsàl’appel pour souligner la Semaine nationale des soins infirmiers et mettre en évidence les nombreux rôles que jouent les infirmières et infirmiers dans le parcours de santé des patients.

Ne confondons toutefois pas « appel » et « vocation », qui a une connotation négative pour bon nombre d’infirmières et d’infirmiers, d’autant plus que le terme est lié à des enjeux historiques relatifs à la rémunération et aux conditions de travail. Plus que jamais auparavant, les infirmières et infirmiers ont, au cours de la dernière année, démontré à l’échelle mondiale qu’ils répondent aux appels à l’action. Ils ont été appelés à soigner, et ils l’ont fait; ils ont été appelés à s’extraire de leur retraite, et ils sont venus; ils ont été appelés à renseigner, à vacciner et à défendre nos intérêts, et ils se sont dévoués à toutes ces tâches, et plus encore.

L’équipe de l’AIIC a elle aussi répondu à l’appel, en réorientant la quasi-totalité de ses activités pour se vouer au soutien du personnel infirmier pendant cette période très éprouvante. Depuis les jours précédant la déclaration de pandémie de COVID‑19 par l’Organisation mondiale de la Santé, l’AIIC travaille avec tous les paliers gouvernementaux pour veiller à ce que nos membres et l’ensemble du personnel infirmier disposent de l’information et du soutien fondés sur des données probantes dont ils ont besoin pour accomplir leur travail. L’AIIC continuera de collaborer avec les gouvernements et ses partenaires pour répondre aux enjeux changeants en matière de soins de santé et pour apporter des solutions alors que nous façonnons l’économie et la société du Canada pour l’avenir.

L’AIIC doit repenser ses structures de gouvernance et d’adhésion afin de soutenir le plus efficacement possible toutes les catégories infirmières.

Modifications aux règlements administratifs de l’AIIC

Parallèlement à son travail de lutte contre la COVID‑19 et contre le racisme systémique, l’AIIC a été fortement touchée par les changements apportés aux structures professionnelles infirmières de l’ensemble des provinces et territoires. Les changements réglementaires forcent les organisations infirmières provinciales et territoriales à se concentrer uniquement sur des questions de réglementation et à laisser de côté les activités de porte-parole de la profession et la défense des droits. Pendant plus de 110 ans, l’AIIC a suivi un modèle d’adhésion par organisme membre, ce qui signifie que l’ensemble des associations provinciales et territoriales devenait automatiquement membre de l’AIIC. Toutefois, en raison de changements réglementaires, la Nouvelle‑Écosse, l’Île‑du‑Prince‑Édouard et la Colombie‑Britannique ont rejoint l’Ontario et le Québec, et ne sont plus des organismes membres de l’AIIC. Les associations de l’Alberta et de la Saskatchewan viennent d’annoncer qu’elles devront elles aussi se retirer au cours des prochaines années.

La structure de gouvernance et d’adhésion des organismes membres de l’AIIC, qui nous a si bien servis pendant de nombreuses années, est en train de s’effondrer sous nos yeux. Pour poursuivre nos activités de plaidoyer et de leadership en soins infirmiers, l’AIIC doit repenser ses structures de gouvernance et d’adhésion afin de soutenir le plus efficacement possible toutes les catégories infirmières du pays dans un univers post-pandémique.

Par ailleurs, en 2018, l’AIIC a pris la décision historique d’ouvrir ses portes à toutes les catégories d’infirmières et d’infirmiers réglementés.

Afin que l’AIIC demeure une organisation pertinente, efficace et viable, son conseil d’administration propose des modifications à ses règlements administratifs qui toucheront sa structure d’adhésion et la composition du conseil. Le comité de gouvernance et de leadership de l’AIIC a entrepris un travail approfondi d’examen des structures de gouvernance et d’adhésion existantes. Il a mené une série de consultations dans tout le pays auprès des membres actuels et futurs de l’AIIC afin de déterminer comment répondre le mieux possible aux besoins des membres.

Le modèle d’adhésion passera du modèle actuel — qui comprend quatre catégories d’adhésion, tous des organismes ou des groupes — à une seule catégorie de membres à titre personnel. La transition à un modèle d’adhésion individuelle renforcera la capacité de porte-parole des infirmières et infirmiers à titre personnel au sein de l’AIIC. En tant que membre à titre personnel de l’AIIC, vous disposerez d’une voix (un vote), que vous soyez infirmière ou infirmier auxiliaire autorisé, psychiatrique autorisé, autorisé, praticien, à la retraite ou étudiant ou étudiante en sciences infirmières.

Pour que son conseil représente la composition de l’effectif infirmier, l’AIIC propose également une restructuration du modèle axé sur les organismes membres, pour le faire passer à un modèle fondé sur les compétences. Ainsi, le conseil sera composé de professionnels possédant les compétences nécessaires et faisant preuve de diversité afin d’assurer la réussite de l’AIIC pour les décennies à venir.

Conclusion

L’AIIC assume un rôle de leadership dans la communauté infirmière depuis plus de 110 ans et je suis convaincu que ces changements ne feront que renforcer l’association. Les modifications proposées aux règlements administratifs feront l’objet d’un vote à l’assemblée annuelle des membres de l’AIIC, le 17 juin 2021. Ensemble, nous pouvons aider l’AIIC à se transformer en une organisation plus robuste qui nous permettra d’unifier la profession et nous portera au cours des 100 prochaines années de leadership infirmier. Je n’ai jamais été aussi fier d’être infirmier et de travailler pour vous à titre de président.

Tim Guest, M.B.A., B. Sc. inf., inf. aut., est le président de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada.

comments powered by Disqus
https://infirmiere-canadienne.com/fr/articles/issues/2021/mai-2021/un-an-apres-le-debut-de-la-covid-19-la-semaine-des-soins-infirmiers-donne-matiere-a-reflexion-et-a-celebration